Des repas de ramadan au centre social : le maire FN de Fréjus gèle ses aides

  • A
  • A
Annoncée sur Twitter, la décision du maire, l'un des bras droit de Marine Le Pen, a déclenché un déluge de réactions.
Annoncée sur Twitter, la décision du maire, l'un des bras droit de Marine Le Pen, a déclenché un déluge de réactions. © JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP
Partagez sur :
David Rachline a suspendu la subvention municipale versée au centre social de Fréjus qui a organisé une distribution de repas aux plus démunis pendant le ramadan. 

Le maire FN David Rachline, opposé à la distribution de repas aux plus démunis organisée par un centre social de Fréjus pendant le ramadan a gelé sa subvention municipale, dénonçant "une optique communautariste inacceptable".

"Le problème constaté concerne spécifiquement le centre social de la Gabelle", a-t-il justifié jeudi, citant ce quartier où une nouvelle mosquée, combattue par la mairie malgré plusieurs décisions de justice, a ouvert en 2016. Au vu de l'affiche représentant un croissant islamique, du jour et de l'heure des repas proposés à la rupture du jeune chaque vendredi d'ici à la fin du ramadan, l'élu d'extrême-droite estime que la distribution est "spécifiquement orientée vers les fidèles de ce lieu". "On est véritablement dans une optique communautariste qui n'est pas acceptable", dit-il.

"Là c'est bien différent et explicite". "Il n'y a évidemment aucune position de principe contre les 'repas solidaires' et toute action en faveur des plus démunis, indépendamment de leur religion. Mais la distribution de cadeaux ne se fait pas le soir de Noël durant la messe ! La distribution de cadeaux ou le repas se font de manière totalement laïque à l'adresse de tous les habitants de la commune dans le besoin. Là c'est bien différent et explicite", a-t-il ajouté.

Déluge de réactions. Annoncée sur Twitter, la décision du maire, l'un des bras droit de Marine Le Pen, a déclenché un déluge de réactions, certains s'en félicitant, d'autres dénonçant un choix "haineux". La ville verse depuis 2014 environ 300.000 euros de subvention de fonctionnement à l'association qui gère les trois centres sociaux de la ville (aide aux devoirs, centre de loisirs...). "Un point sera rapidement fait (...) pour s'assurer, avant toute reprise du financement, que ceux-ci ne dépassent pas le cadre précis de leurs missions en dépensant de l'argent public pour céder aux sirènes du communautarisme dans certains quartiers de la ville", a indiqué David Rachline. Le directeur général des centres sociaux de Fréjus n'était pas immédiatement joignable.