"Des policiers me traitent de tous les noms, je trouve ça dégueulasse", dénonce l'avocat d'Alexandre Benalla

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Laurent-Franck Liénard, qui a consacré une grande partie de sa carrière à assurer la défense de policiers, est désormais l'avocat du conseiller d'Emmanuel Macron accusé de violences sur des manifestants et suspecté notamment d'usurpation de fonctions.
INTERVIEW

Réputé être un "avocat de flic", Me Laurent-Franck Liénard est l'objet de violentes insultes, notamment sur les réseaux sociaux, depuis qu'il a décidé d'assurer la défense d'Alexandre Benalla. Une situation qu'il vit "très très mal", comme il l'a confié, mercredi, au micro d'Europe 1.

"J'ai combattu pour les policiers". "J'ai passé 26 ans de ma vie à défendre les policiers. Je me suis mis en danger de toutes les manières pour les défendre. J'ai combattu pour les policiers partout, et tout le monde", a voulu rappeler l'avocat. "Et aujourd'hui, parce que je défends un homme, je prends des menaces et des injures. On me traite de tous les noms, des policiers me traitent de tous les noms. Je trouve ça dégueulasse", avoue-t-il.

Des violences qui ternissent l'image des forces de l'ordre. Notamment chargé de la sécurité du président lors de ses déplacements privés, Alexandre Benalla a été filmé le 1er mai aux côté de CRS en train de frapper des manifestants, muni d'un casque, d'un brassard et d'une radio de la police. Ces images ont été qualifiées de désastreuses pour la réputation des forces de l'ordre par nombre de leurs membres.

Alexandre Benalla, "un homme bien". "Ce n'est pas parce que l'on défend quelqu'un que l'on endosse la responsabilité de ses actes", souligne Laurent-Franck Liénard. "Je défends Alexandre Benalla parce que je le connais et parce que je l'ai rencontré dans un cadre professionnel et qu'il m'a semblé être un homme bien", indique-t-il. "Il a le droit à une défense, et ça n'est pas parce que je le défends que je tourne le dos aux fonctionnaires de police, ni à la cause policière", conclut l'avocat.

Europe 1
Par Romain David