Des "gilets jaunes" bloquent la distribution de "La Voix du Nord"

, modifié à
  • A
  • A
Des "gilets jaunes" ont bloqué le dépôt du quotidien régional "La Voix du Nord".
Des "gilets jaunes" ont bloqué le dépôt du quotidien régional "La Voix du Nord". © PASCAL GUYOT / AFP
Partagez sur :
Des "gilets jaunes" ont bloqué dans la nuit de vendredi à samedi un dépôt du quotidien régional La Voix du Nord, à Anzin, empêchant la diffusion de 20.000 exemplaires du journal. 

Des "gilets jaunes" ont bloqué dans la nuit de vendredi à samedi un dépôt de La Voix du Nord à Anzin (Nord), empêchant la distribution de 20.000 exemplaires du journal, a-t-on appris auprès de la direction.

Quelque 20.000 journaux non distribués. L'accès à cette plate-forme de livraison près de Valenciennes "a été bloqué par une trentaine de manifestants qui menaçaient de brûler le camion" en provenance de l'imprimerie, selon le directeur de la publication, Gabriel d'Harcourt. Malgré l'intervention de la police pour faire évacuer les lieux, quelque 20.000 journaux n'ont pas pu être distribués dans le secteur du Valenciennois. Le quotidien régional a annoncé sur son site internet qu'une plainte serait déposée. "On est dans la menace, la violence physique et l'intimidation individuelle auprès de gens qui se lèvent toutes les nuits pour assurer la distribution et se retrouvent insultés", a déploré Gabriel d'Harcourt.

La Voix du Nord ciblée pour la première fois. Fin décembre, des "gilets jaunes" avaient mené une opération similaire en Loire-Atlantique, empêchant la diffusion de 180.000 exemplaires de Ouest-France, mais c'est la première fois qu'ils ciblent La Voix du Nord. "On sent quelque chose de malsain qui monte, dans les attitudes vis-à-vis de nos journalistes, le comportement face à nos agences", "et ce sans aucun motif", constate Gabriel d'Harcourt.

"En tant que média de proximité, nous essayons justement d'exposer les problèmes dans les territoires, donner la parole aux gens qui ne l'ont pas souvent et créer du lien." "Priver nos lecteurs de leur journal en bloquant sa livraison revient à leur interdire de s'informer comme ils le souhaitent. Curieuse conception de la démocratie", a pour sa part tweeté Patrick Jankielewicz, rédacteur en chef.