Dans l'Eure, les habitants regardent l'eau monter avec inquiétude

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Dans le petit village normand de Saint-Pierre-du-Vauvray, dans les boucles de la Seine, le pic de la crue n'est pas encore atteint et les habitants s'attendent déjà à des dégâts.
REPORTAGE

La crue de la Seine se stabilise à Paris, mais ce sont à présent les communes en aval qui s'apprêtent à connaitre le pic de montée des eaux. En Normandie, le département de l'Eure est d'ailleurs en vigilance orange. 

"Pomper ne sert à rien". Dans le village de Saint-Pierre-du-Vauvray, la maison de Françoise est déjà une île, totalement encerclée par la Seine, sortie de son lit. "Le sous-sol est plein, j'ai au moins 70 cm (d'eau)", se désespère-t-elle. Cette habitante se prépare à voir le niveau monter encore toute la journée de lundi, sans pouvoir faire grand chose. "Pomper ne sert à rien. On rejette l'eau ici, elle repart à la Seine, mais elle va revenir. Il faut attendre que le niveau baisse un peu", se dit-elle. "Impressionnée" mais précautionneuse, Françoise a demandé à son voisin l'autorisation de garer sa voiture sur son terrain, plus élevé que le sien. S'il a accepté, lui a pris peur. Il a embarqué ses meubles dans une remorque et a quitté le village, en attendant que le niveau de l'eau baisse.

"Ne vous laissez pas surprendre". Par ailleurs, plusieurs routes de la commune sont déjà coupées. Le maire Alain Loëb et ses adjoints ont passé ces dernières heures à faire la tournée des habitants les plus menacés. "Ne vous laissez pas surprendre, on ne sait jamais", prévient l'édile. Les élus ont aussi fait installer des passerelles, avec des parpaings et des planches en bois, pour que les plus isolés ne restent pas piégés lundi. "On attend 20 à 30 centimètres de plus. On a un peu peur des grosses marées, qui vont arriver mardi ou mercredi. Ça empêcherait la Seine de s'écouler efficacement", souligne le maire. 

Ici, la Seine devrait atteindre 5 mètres 70 dans la journée. Une commune voisine a déjà ouvert son gymnase pour se préparer à d'éventuelles évacuations.

Dans l'Eure, les habitants regardent l'eau monter avec inquiétude
Europe 1
Par Théo Maneval, édité par A.H.