Le couvre-feu à 18 heures concernera huit nouveaux départements dimanche

, modifié à
  • A
  • A
Le couvre-feu est avancé à 18 heures dans certains territoires. 1:26
Le couvre-feu est avancé à 18 heures dans certains territoires. © Patrick HERTZOG / AFP
Partagez sur :
Pour freiner les contaminations au Covid-19, le couvre-feu sera avancé à 18 heures dans huit départements à partir de dimanche. De nouveaux territoires ont rejoint la liste samedi, comme le Cher, la Côte-d’Or, l'Allier, le Haut-Rhin et le Bas-Rhin. Dans d’autres départements, les négociations entre préfet et élus prennent plus de temps, comme dans les Bouches-du-Rhône. Mais selon Jean Castex, ces mesures sont nécessaires.

Après le Bas-Rhin, le couvre-feu a été avancé à 18 heures à partir de dimanche dans les départements du Haut-Rhin, dans le Cher, l'Allier et en Côte-d'Or. Les préfectures concernées l’ont annoncé samedi matin. Jean Castex a annoncé que huit départements seraient concernés au total, sans en donner la liste. 

Les commerces devront donc fermer à 18 heures. La vente à emporter sera interdite après cette heure-là, mais les livraisons à domicile restent toutefois possibles. Il sera également possible à un parent d'aller chercher son enfant à la crèche ou à l'école après une activité périscolaire, et des salariés ou lycéens terminant leurs journées après 18 heures pourront rentrer chez eux pendant le couvre-feu.

Une décision prise avec les acteurs locaux

Quinze départements connaissent déjà ce couvre-feu avancé depuis une semaine et le gouvernement avait annoncé vendredi son extension possible dans dix autres départements. La décision se prend en concertation avec les acteurs locaux et les négociations n’avancent pas de manière homogène dans tous les départements.

Bronca à Marseille, des mesures "nécessaires" selon Castex

A Marseille, entre bronca et prises de positions des élus dans les médias, l’ambiance rappelle celle qui régnait lors de la fermeture imposée des restaurants en septembre, quand la décision s’était prise dans la douleur. Voilà une des explications pour lesquelles les Bouches-du-Rhône n’étaient toujours pas fixées sur leur sort samedi midi. "En réalité, nous appliquons à Marseille, les mêmes critères que nous appliquons ailleurs. Chacun a conscience que l'épidémie ne faiblit pas ou qu'elle se renforce au contraire différemment dans certaines zones du territoire", a souligné Jean Castex samedi, en marge d'un déplacement à Tarbes, défendant des "mesures difficiles mais nécessaires".

 

Europe 1
Par Hadrien Bect édité par Léa Leostic