Coronavirus : pendant le confinement, "des conjoints violents peuvent passer à l'acte"

  • A
  • A
La garde des Sceaux veut lutter contre les violences intraconjugales en cette période de confinement.
La garde des Sceaux veut lutter contre les violences intraconjugales en cette période de confinement. © AFP
Partagez sur :
Dans le contexte du confinement, le gouvernement cherche à assurer la protection des victimes de violences intrafamiliales. Dans une vidéo postée sur son compte Twitter vendredi, Nicole Belloubet affirme que les décisions de justice et les plateformes d'écoutes fonctionneront malgré la fermeture des tribunaux et centres d'appels.

Alors que les tribunaux et les centres d'appels sont fermés à cause de l'épidémie de coronavirus, la Garde des sceaux Nicole Belloubet a posté, vendredi sur son compte Twitter, une vidéo réaffirmant l'implication du gouvernement dans la lutte contre les violences "intrafamiliale" et cela même en période de confinement.

"Une priorité pour les juridictions"

"Des conjoints violents peuvent trouver là l'occasion de passer à l'acte." Nicole Belloubet, l'air grave, craint d'assister à une recrudescence des violences intrafamiliales avec l'obligation de confinement. Dans son message, elle affirme que le traitement des violences demeure "une priorité pour les juridictions" : "Il est impossible d'imposer une cohabitation quand il y a eu une violence intra-familiale. Les juges sont là, forcément, pour prononcer l'éviction du conjoint violent, une interdiction d'entrer en contact, pour donner une ordonnance de protection."

Virage du télétravail

La ministre de la Justice a par ailleurs proposé des solutions pour les victimes, notamment celle des plateformes d'écoute. Celles-ci devraient néanmoins pâtir du confinement.

Le même jour, Marlène Schiappa a elle-aussi indiqué dans un communiqué que les numéros d'écoute, les plateformes gouvernementales, l'accompagnement dans des hébergements d'urgence et les procès au pénal contre les agresseurs seraient maintenus. Mais le 3919, le numéro national pour les femmes victimes de violences, cherche encore à négocier le virage du télétravail. Selon les informations de l'AFP, il devrait à nouveau fonctionner lundi.

Europe 1
Par Antoine Cuny-Le Callet