Christophe Castaner tacle BFMTV sur la mort d'un policier : "Cela provoque chez moi une colère profonde"

, modifié à
  • A
  • A
Christophe Castaner 0:58
Lundi soir, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a prononcé un discours lors de la traditionnelle cérémonie des vœux du syndicat "Synergie officiers", syndicat d’officiers de police. © AFP
Partagez sur :
Lundi soir dans un hôtel de Bercy où se déroulait la cérémonie de vœux du syndicat Synergie officiers, Christophe Castaner a publiquement mis en cause BFMTV dans l'affaire de la mort de Franck Labois. La chaîne de télévision avait annoncé la mort du fonctionnaire, renversé par un fourgon, alors qu'il était en salle d'opération. 

Lundi soir, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a prononcé un discours lors de la traditionnelle cérémonie des vœux du syndicat "Synergie officiers", syndicat d’officiers de police. Vers la fin de son allocution, il est revenu sur la mort du capitaine Franck Labois, policier de la sûreté urbaine du Rhône, qui a succombé le 13 janvier à ses blessures après avoir été volontairement fauché par un fourgon de malfaiteurs en fuite à Bron. Le ministre a taclé la chaîne d’informations BFMTV qui a annoncé dès le samedi matin, la mort du policier alors en salle d’opération.

"Une colère profonde"

"Un policier est mort dans des conditions exceptionnelles. On en a peu parlé, on l’a même un peu tu", a déclaré le ministre de l'Intérieur. "J'en ai fait le reproche aux journalistes, et encore à l'équipe de BFMTV, qui non seulement dans la précipitation avait annoncé Franck Labois décédé le samedi matin, alors qu’il était sur la table d’opération et qu’à midi nous avions des nouvelles rassurantes de son état de santé, et qui derrière, au moment de son décès, où la nation devait se mobiliser derrière Franck Labois a préféré d'autres polémiques", a-t-il asséné.  

Christophe Castaner a également ajouté qu'il avait dû intervenir personnellement auprès de BFMTV pour retirer l'article sur la mort supposée du policier mis en ligne durant quelques heures, avant la parution d'un correctif. "Cela provoque chez moi une colère profonde. Et un engagement : celui de toujours défendre avec exigence votre engagement."

Mardi matin, dans son journal des médias, Cyril Lacarrière évoquait cette charge de Christophe Castaner contre la chaîne d'infos en continu : 

Europe 1
Par Mathilde Durand