"C'est merveilleux" : à Lille, un train de pèlerins affrété pour retrouver Lourdes

, modifié à
  • A
  • A
Lourdes sanctuaire 1:29
"C'est merveilleux" : à Lille, un train de pèlerins affrété pour retrouver Lourdes © Benjamin Peter/Europe 1
Partagez sur :
Un TGV affrété spécialement pour l'occasion est parti de Lille jeudi en direction de Lourdes. Le lieu de pèlerinage retrouve ses visiteurs, impatients de renouer avec ce rituel de leur foi. Les voyageurs devaient être vaccinés et présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures avant le départ. 
REPORTAGE

Retour à Lourdes pour les fidèles. Jeudi, un train de fidèles est parti de Lille vers le quatrième lieu de pèlerinage catholique du monde, délaissé depuis le début de la crise du Covid. Après une année 2020 marquée par l'annulation de 85% des pèlerinages, le sanctuaire s'apprête à accueillir 60% des pèlerinages habituels au cours des trois prochains mois. Les voyageurs étaient arrivés tôt dans la gare du Nord de la France, impatients de renouer avec un rituel ancré dans leur foi.

"L'année passée, on n'a pas pu le faire, mais cette année, on peut partir. C'est merveilleux", confie une pélerine. "Je suis heureuse de partir et j'espère continuer encore une paire d'année". "C'est une sorte de renouveau parce qu'on va vivre le pèlerinage un peu autrement. Mais on peut voyager ensemble, vivre ensemble. Et l'important, c'est de vivre", se réjouit le père Jérôme Vanderschaeve, directeur des pèlerinages du diocèse de Lille.

Des conditions sanitaires strictes

Cinq cents personnes vont peupler ce TGV spécialement affrété pour Lourdes, avec un protocole sanitaire très strict. La plupart sont des voyageurs du troisième âge, encadré par Bernard Garita. "Ces personnes doivent obligatoirement être vaccinées et avoir réalisé un test PCR de moins de 72 heures avant le départ", explique-t-il. "Et on a une prise de température en gare pour vérifier que tout est correct."

Cette année, les grands malades n'ont pas pu être du voyage pour des raisons de sécurité sanitaire. C'est le seul regret de Monique. "On ne peut pas prendre nos malades et nos jeunes ne sont pas avec nous. Mais c'est quand même une grande joie de repartir à nouveau", confie-t-elle. Avec une promesse faite : consacrer les prières à ceux qui n'auront pas pu faire ce pèlerinage de Lourdes cette année.

Europe 1
Par Lionel Gougelot, édité par Mathilde Durand