Canicule : dans le Var, les risques d'incendie inquiètent les pompiers

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Alors que la canicule arrive dans la plupart des régions de France, les pompiers redoutent des incendies, en particulier dans la région très chaude et très boisée du Var. 

La préfecture a déclenché dimanche à Paris l'alerte canicule de niveau 3 sur 4. Le thermomètre atteindra en effet les 40 degrés par endroit dans la capitale. Dans le même temps, dans le Var, on note une recrudescence des incendies. Des dizaines d'hectares de pinèdes sont déjà partis en fumée il y a une semaine. Les pompiers du Var ont en effet affronté leur premier feu de l'été, et restent mobilisés dans cette région, chaude et très boisée. 

L'été, le Var attire en effet la France et le monde entier. Beaucoup de touristes y affluent, multipliant les risques. À quelques jours des grandes vacances, les autorités appellent donc à la prudence, car tout peut aller très vite. Avec la chaleur et la sécheresse, la moindre étincelle peut déclencher un feu.

Attention aux mégots et aux barbecues 

"La semaine prochaine, on annonce de grosses chaleurs, ce qui ne va pas dans notre sens", s'inquiète le colonel Eric Grohin, qui dirige les pompiers du Var, au micro d'Europe 1. "Il y a des comportements à avoir. Nous sommes dans un pays méditerranéen, la forêt brûle. Il faut faire attention aux mégots de cigarettes jetés d'une fenêtre, il faut faire attention aux barbecues", détaille-t-il. Des réflexes auxquels la population locale est sensibilisée. Les propriétaires en lisière de bois ont par exemple l'obligation de débroussailler.

"Nous avons des moyens de communication. Nous médiatisons un certain nombre d'exercices menés par les pompiers", explique Olivier Audibert-Troin, qui préside l'agglomération de Draguignan. "Tout ce travail est absolument nécessaire pour rappeler que des comportements citoyens permettent de maintenir une nature splendide, mais aussi de sauver des vies". 

Dans le Var, en plus des 500 pompiers présents chaque jour dans des casernes, plus de 500 autres sont mobilisables. De quoi rassurer quelque peu les touristes. 

Europe 1
Par Frédéric Michel