Besançon : un magnétiseur jugé pour des viols et agressions sexuelles sur des patients

, modifié à
  • A
  • A
Sept de ses victimes présumées se sont constituées partie civile (image d'illustration).
Sept de ses victimes présumées se sont constituées partie civile (image d'illustration). © AFP
Partagez sur :
Le praticien est accusé de quatre viols et d'agressions sexuelles sur une douzaine de patients dans le Doubs entre 2012 et 2014.

Un magnétiseur de 53 ans, accusé de plusieurs viols et agressions sexuelles sur des patients commis entre 2012 et 2014 mais qui soutient n'avoir pratiqué que des "gestes thérapeutiques", comparaît depuis lundi devant la cour d'assises du Doubs.

Une douzaine de patients abusés. L'homme, un thérapeute réputé installé à Dammartin-les-Templiers (Doubs), est poursuivi pour "viols et agressions sexuelles par personne abusant de l'autorité conférée par sa fonction". L'enquête a débuté en 2014 après le dépôt de deux plaintes pour viols et agressions sexuelles à l'encontre du magnétiseur, qui exerçait également la digitothérapie.

Les investigations de la gendarmerie ont permis de remonter à une douzaine de patients décrivant des pénétrations digitales pratiquées dans le cabinet du thérapeute, ainsi que des atteintes au niveau du sexe. Sept personnes - un homme et six femmes - se sont constituées partie civile.

Placé en détention provisoire. En avril 2014, il a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer. Mais malgré cette interdiction, il a continué son activité, entraînant son placement en détention provisoire. Au sujet des agressions sexuelles, il reconnaît avoir pratiqué des touchers et des massages sexuels, mais il affirme qu'il s'agissait de "techniques de manipulation".

En revanche, l'accusé, défendu par Me Catherine Bresson, conteste catégoriquement les quatre viols qui lui sont reprochés, reconnaissant seulement une relation sexuelle consentie avec une patiente. La cour d'assises du Doubs rendra son verdict mercredi.