Bac : les conseils de ceux qui l'ont eu haut la main

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Alors que les épreuves du baccalauréat commencent lundi, d'anciens candidats racontent comment ils avaient abordé le dernier week-end précédant le début des épreuves. 
EUROPE 1 VOUS ACCOMPAGNE

Pour beaucoup de lycéens, ce week-end devrait être riche en émotions. En effet, alors que les épreuves du baccalauréat commencent lundi, chacun aura sa méthode bien à lui pour gérer son stress et arriver bien préparé devant sa table d'examen. Au micro d'Europe 1, des bacheliers de l'an dernier racontent comment ils avaient abordé l'échéance, et confient à leurs successeurs des techniques pour bien gérer les dernières heures avant le jour J.

Et si la clef c'était... de ne rien faire ?

Nina avait elle opté pour faire des micro-révisions avant et après les épreuves, dès que l'occasion se présentait, même pendant la pause de midi. Cette diplômée de l'année dernière souhaitait "réviser les choses sur lesquelles je savais que je n'étais pas au point, optimiser les révisions en regardant des plans, si on a une mémoire visuelle ou en écoutant des enregistrements rapides". Parfois, la chance peut aussi s'en mêler : "Sur le chemin pour aller au lycée, j'ai une amie qui m'avait donné son plan et ça a bien fonctionné, c'était le sujet qui est tombé", raconte la jeune fille. 

Quentin avait opté pour une méthode radicalement différente. Selon lui, à partir de dimanche, la clé, c'est de... ne rien faire. "J'ai joué aux jeux vidéos la veille et l'avant-veille, et aussi regardé des séries", se souvient-il. "Ça a bien marché, j'ai eu mention très bien". 

Des révisions de nuit pour Benjamin

Benjamin était lui moins serein et a opté pour des révisions de dernière minute, la nuit entre les épreuves, pour colmater ses lacunes. "Chaque jour, après les épreuves de 22 heures jusqu'à 2 heures, je me refaisais tout ce que je n'avais pas vu parce que j'étais un peu en retard", explique-t-il. 

Comme Nina, Benjamin a aussi pu compter sur un petit coup de pouce du destin. "Pour le bac de SVT, juste avant d'entrer dans la salle, j'ai demandé à un ami le plan pour un des sujets de composition et c'est ce sujet qui est tombé. J'ai vraiment eu de la chance sinon j'aurais pas pu gérer", raconte-t-il encore. Mais sa méthode a connu au final le même succès que celles de ses camarades, avec une mention très bien en récompense.