Bac 2019 : en philo, est-ce une bonne idée de faire des références à la culture populaire ?

, modifié à
  • A
  • A
1:20
© BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :
Trois jours avant le coup d'envoi des épreuves, et le traditionnel lundi consacré à la philosophie, une professeure assure que faire référence à la culture contemporaine peut être une bonne idée, avec des conditions. 
EUROPE 1 VOUS ACCOMPAGNE

J-3 avant l'épreuve redoutée de philosophie. La seule épreuve du bac durant laquelle les références populaires peuvent être parfois plus inspirantes que les citations de philosophes. D'autant que durant l'année, certains professeurs n'hésitent pas à parsemer leurs cours avec des exemples tirés d'Harry Potter ou encore de Game of Thrones et ainsi offrir des moyens mnémotechniques simples à leurs élèves. Mais est-ce une bonne idée de les utiliser dans une copie ? Europe 1 a posé la question à une spécialiste. 

Une possibilité qui ne doit pas se substituer aux références "classiques"

Marianne Chaillan, professeure de philosophie à Marseille, ne serait pas surprise de voir des références à Aladdin dans une copie sur le bonheur en renfort de Montaigne. Mais attention : "dans la copie, on cite d'abord Montaigne", prévient-elle au micro d'Europe 1. "On peut également faire référence à Aladdin, mais seulement à titre d'exemple et à condition d'en proposer une analyse philosophique", détaille la spécialiste. "Je mets mes élèves en garde en leur disant de ne surtout pas substituer la culture philosophique classique à une référence à la culture populaire".

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

 

Autre exemple, la chanson On ne change pas de Céline Dion qui, dans une dissertation sur l'essence de l'homme, peut très bien servir d'exemple. Mais là encore, il faut avant toute chose citer le philosophe David Hume. Un exemple puisé dans la culture populaire peut magnifier une copie, mais c'est donc un principe à manier avec précaution. 

Europe 1
Par Virginie Salmen, édité par Ugo Pascolo