Avec la pénalisation, "les clients de prostitués sont en position de force"

  • A
  • A
D'après le rapport, 78% des prostitués accusent une baisse de revenus depuis deux ans.
D'après le rapport, 78% des prostitués accusent une baisse de revenus depuis deux ans. © THOMAS WIRTH / AFP
Partagez sur :
D’après un rapport de plusieurs associations, les conditions de travail et de vie des prostitués en France se sont largement dégradées depuis l’instauration de la loi qui pénalise leurs clients.
ANALYSE

Baisse des clients, baisse des revenus, dégradations des conditions de vie : deux ans après l’application de la loi qui pénalise leurs clients, les travailleurs du sexe se sentent en insécurité et dans une plus grande précarité qu’auparavant. Un rapport d’une douzaine d’associations et ONG, publié jeudi, a mené l’enquête pendant deux ans auprès de 583 prostitués et prostituées en France. "Il y a une augmentation des prises de risques, une exposition plus forte aux violences multiformes, ainsi qu’un impact sur la santé mentale" depuis cette loi, décrypte pour Europe1.fr Irène Aboudaram, coordinatrice à Médecins du monde qui a piloté l’enquête.

Le client, plus rare, se retrouve en position de force. Une des mesures phares de la loi du 13 avril 2016 sanctionne les clients de prostitués de 1.500 euros d’amende. L’objectif de lutter contre la prostitution en touchant directement au client a ainsi fonctionné : d’après l’enquête, la peur du policier les éloignent. 78,2% des travailleurs du sexe affirment en effet accuser une baisse de leurs revenus depuis deux ans. "Maintenant, ils disent que, comme il n’y a pas de clients et que la police est partout, au lieu de 80 euros, ils demandent 50 euros. C’est différent parce qu’ils savent qu’il n’y a pas beaucoup de clients. Ils prennent des risques en venant me voir, donc ils veulent que je baisse le prix", témoigne Grace, prostituée, dans le rapport.  

"Cette loi a mis les clients en position de force. Ils disent qu’ils prennent des risques, donc pour répartir la prise de risque, ils demandent des pratiques non protégées, et une baisse des tarifs…", commente Irène Aboudaram. "Les prostituées sont dans une situation de plus en plus précaire. Et cela nous inquiète car elles étaient déjà dans une situation de grande précarité. On va vers la paupérisation de ces populations", complète la coordinatrice de Médecins du monde.

mani 1280

En avril 2017, des prostitués manifestaient contre la loi qui pénalise leurs clients. ©ZAKARIA ABDELKAFI / AFP

Des prestations à risque. La raréfaction des clients poussent les prostituées à accepter des demandes qu’elles n’auraient pas acceptées auparavant, quitte à s’exposer à des pratiques sexuelles à risques. Ainsi, le port du préservatif "redevient un enjeu de négociations avec le client", dit le rapport. "Une des personnes a raconté qu’en dix ans de métier, elle avait dû prendre pour la première fois un traitement d’urgence pour le VIH", rapporte entre autres Irène Aboudaram.

Face à l’isolement que suscite l’illégalité de la situation, les prostituées ne prennent plus le temps de discuter entre elles, de négocier avec le client ni d’évaluer la prise de risque avec tel client. "On n’a pas d’argent, alors si on rencontre des mauvais clients, on prend quand même le risque, on ne l’aurait pas fait avant (…) Les violences sont plus nombreuses qu’avant la loi", raconte Min, prostituée chinoise en France, dans les pages de l’enquête.

" L’exposition aux violences génère de l’anxiété  "

Dégradation de la santé mentale. Cette dégradation des conditions de travail a entraîné une dégradation de la santé des travailleurs du sexe. Ils sont plus exposés aux maladies, mais aussi aux violences physiques et à un état de stress amplifié. "Les prostituées sont désormais plus anxieuses sur leurs conditions de travail, elles pensent à la façon dont cela va se passer car il faut aller vite, pour pas que le client se fasse repérer… L’exposition aux violences génère aussi de l’anxiété. Car les clients sont de potentiels agresseurs, c’est très récurrent. Il y a aussi des violences avec armes", assure Irène Aboudaram. Aujourd’hui, plus de six travailleurs du sexe sur 10 affirment avoir constaté une "détérioration de leurs conditions de vie" depuis deux ans. Et les forces de l’ordre sont davantage considérées comme une gêne dans leur travail qu’une aide réelle, "car elles sont perçues comme celles qui compliquent la situation, qui sont là pour arrêter le client".

"Ce rapport évalue les conséquences néfastes sur la santé" de la loi de pénalisation des clients, fait valoir Irène Aboudaram, affirmant qu’il apporte des "preuves scientifiques que cette loi n’est pas efficace". "Sortons de l’idéologie, soyons pragmatiques et réfléchissons à des solutions qui n’impactent pas la santé des prostitués", appelle-t-elle. À l’occasion des deux ans de la loi, le Syndicat des travailleurs du sexe manifeste samedi pour demander, de nouveau, l’abrogation du texte.

Capture

Synthèse du rapport de Médecins du monde sur les conditions de travail et de vie des prostitués depuis la loi du 13 avril 2016. ©Capture d'écran/Médecins du monde

Europe 1
Par Mathilde Belin