Avec la canicule, les agents de la SNCF au chevet des rails : "La voie peut partir comme un chewing-gum"

, modifié à
  • A
  • A
sncf train chemin de fer voie ferrée 1280 1:40
© ERIC CABANIS / AFP
Partagez sur :
REPORTAGE - Au-delà de 45 degrés, température facilement atteignable avec l'emmagasinement de la chaleur, la dilatation des rails met en péril toute la voie de chemin de fer, d'où la forte mobilisation des agents de la SNCF dans certaines régions.
REPORTAGE

Pour les techniciens de la SNCF, la période de canicule accentue les risques de problèmes au niveau des infrastructures ferroviaires, tout simplement parce que ces fortes chaleurs ont des incidences sur le matériel en général, et plus particulièrement les rails.

En Nouvelle-Aquitaine, où les températures devraient dépasser les 30 degrés jeudi, près d’une centaine d’agents "tournent", selon le jargon ferroviaire, c’est-à-dire effectuent des surveillances sur des zones sensibles où les rails peuvent se dilater, comme l’explique à Europe 1 Bruno Prieux, en charge des infrastructures chez SNCF Réseau dans la région. "On contient la dilatation du rail grâce aux travers et aux ballasts mais lorsque l’on n’arrive plus à la contenir, le rail risque de se déformer et la voie peut partir comme un chewing-gum", alerte-t-il. 

Ce phénomène se produit généralement à partir de 45 degrés. "Au-delà de 30 degrés ambiants, avec l’ensoleillement et l’emmagasinement de chaleur dans le rail, on peut atteindre cette température assez facilement", pointe ce responsable. "On mesure ce seuil grâce à un thermomètre qui est dans un coupon de rail à proximité."

"Les caténaires sont un point de vigilance particulier"

Les installations électriques subissent également les effets de la chaleur, obligeant les techniciens à prendre des mesures de sécurité. "Les caténaires sont un point de vigilance particulier, surtout sur la région du Sud-Ouest parce que l’on est sur une caténaire de type 1.500 volts. […] Elles ont une plage de régularisation que les températures actuelles dépassent, donc on est obligé de la surveiller voire d’abaisser la vitesse des trains." Raison pour laquelle tous les trains partant au sud de Bordeaux, jusqu’à Pau et Hendaye, voient leur vitesse actuellement limitée à 100 km/h.

Enfin, les orages qui pourraient venir clore cet épisode caniculaire constituent une autre source d'inquiétude pour les techniciens de la SNCF, qui ne sont donc pas prêts de relâcher leur attention.

Europe 1
Par Stéphane Place, édité par Romain David