Attentats de Trèbes et Carcassonne : les gardes à vue de la mère et deux sœurs du tueur levées

, modifié à
  • A
  • A
Les attentats de Trèbes et de Carcassonne ont fait quatre morts en mars 2018.
Les attentats de Trèbes et de Carcassonne ont fait quatre morts en mars 2018. © PASCAL PAVANI / AFP
Partagez sur :
La mère et deux sœurs du djihadiste Redouane Lakdim étaient en garde à vue depuis mardi, les enquêteurs cherchant à savoir si elles avaient joué un rôle dans son passage à l'acte. 

Les gardes à vue de trois proches de l'auteur des attentats de Trèbes et Carcassonne ont été levées jeudi par le juge d'instruction, sans qu'aucune charge ne soit retenue à leur encontre, a appris Europe 1 de source judiciaire. 

Cinq mises en examen 

La mère et deux sœurs du djihadiste Redouane Lakdim avaient été placées en garde à vue mardi, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte à la suite des attentats, qui ont fait quatre morts le 23 mars 2018 et ont été revendiqués par le groupe Etat islamique. Les enquêteurs cherchaient à savoir si elles ont joué "un rôle dans sa radicalisation et son passage à l'acte", avait confié une source proche de l'enquête au Parisien, qui révélait alors l'information.

Cinq personnes sont mises en examen à ce jour dans ce dossier : la petite amie du tueur, qui avait publié sur Internet le matin des attaques une sourate promettant l'enfer aux mécréants, et quatre hommes soupçonnés d'avoir eu connaissance de ses projets ou pour certains de l'avoir aidé à des degrés divers.