Attaque de Villejuif : le parquet antiterroriste se saisit de l'enquête

, modifié à
  • A
  • A
Le parquet antiterroriste se saisit de l'enquête concernant l'attaque de Villejuif.
Le parquet antiterroriste se saisit de l'enquête concernant l'attaque de Villejuif. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :
Le parquet antiterroriste se saisit de l'enquête concernant l'attaque au couteau à Villejuif. La procureure de Créteil avait indiqué que l'un des éléments qui pourrait pencher vers la saisine du parquet antiterroriste était une "lettre qui montre un acte préparé".

La procureure de Créteil avait indiqué samedi après-midi qu'il n'était pas "du tout à exclure" que le parquet antiterroriste se saisisse de l'enquête sur l'attaque au couteau de vendredi à Villejuif. C'est désormais chose faite : le parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé samedi soir se saisir de l'enquête. L'attaque au couteau de Villejuif perpétrée la veille par un jeune homme atteint de troubles psychiatriques et converti à l'islam, a fait un mort et deux blessées. 

"Si les troubles psychiatriques importants de l'auteur des faits sont avérés, les investigations des dernières heures ont permis d'établir une radicalisation certaine du mis en cause ainsi qu'une préparation organisée de son passage à l'acte", mais aussi "démontré un parcours meurtrier réfléchi et sélectif de nature à troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur", explique le Pnat dans un communiqué.

L'assaillant s'est converti à l'islam en 2017

L'enquête menée initialement par le parquet de Créteil se poursuit donc pour "assassinat et tentatives d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Les investigations ont été confiées en co-saisine à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la Direction régionale de la police judiciaire de Paris.

Peu auparavant, la procureure de Créteil, Laure Beccuau, avait indiqué lors d'une conférence de presse que Nathan C., 22 ans, qui souffrait depuis son enfance de graves troubles psychiatriques et s'était converti à l'islam en 2017, avait perpétré cette attaque d'une "extrême violence" avec une "extrême détermination", en agissant "aux cris de Allah Akbar". Il a été abattu par les policiers qui lui ont demandé à plusieurs reprises de jeter son couteau.