Famille nombreuse 1280 ROBYN BECK / AFP 3:05
  • Copié
Anaïs Huet
Mère d'un enfant, Athena est ensuite tombée enceinte de triplés, avant de donner naissance à des jumelles quelques années plus tard. Avec six enfants à seulement 31 ans, le quotidien de la jeune femme est bouleversé. Elle a témoigné chez Olivier Delacroix lundi.

À 31 ans seulement, Athena a donné naissance à six enfants, dont des triplés et des jumelles. Pourtant, la jeune femme n'avait jamais projeté d'avoir une famille nombreuse. En quelques années, sa vie a radicalement changé, tant sur le plan personnel que professionnel, et même amoureux. Elle s'en est ouverte à Olivier Delacroix, lundi sur Europe 1.

"Je n'avais pas prévu d'avoir un jour une famille nombreuse. Je n'avais même jamais envisagé mon avenir de cette manière. Ça m'est clairement tombé dessus. J'ai découvert une grossesse triple très vite après la naissance de mon premier enfant. On s'est retrouvé de un à quatre du jour au lendemain.

Quand j'ai appris que j'étais enceinte de triplés, c'était la panique. J'étais en train de passer mes oraux de BTS. On est parachuté dans un monde totalement inconnu. On se demande si ça va bien se passer, ce qu'on va devoir faire, comment on va réussir à surmonter ça, à gérer tous ces enfants, à faire en sorte que le premier ne soit pas oublié. Il y a plein de questions qui se posent. Et, en fait, le médical reprend le dessus. On est suivi dans des services très spécifiques, car on est face à un risque de prématurité, de séquelles pour ces bébés à naître.

Entendu sur europe1 :
Je ne dis pas que nos bébés multiples ont été la cause de la rupture, mais ça n'a pas aidé

Quand ils sont nés, on a fait du mieux qu'on pouvait, avec les ressources que l'on avait. Avec mon conjoint, on essayait de trouver un équilibre, d'accorder du temps pour l'aîné quand les trois petits dormaient. Mais ça reste clairement un gouffre, une autre dimension.

Dans mon couple, on s'en est très bien sortis au départ. On était tous les deux pendant la première année de vie des bébés. On arrivait à être assez fort ensemble pour surmonter ça, avec le peu d'heures de sommeil qu'on avait. Et finalement, ça ne résiste pas longtemps. Cette situation est tellement violente, ça demande tellement d'énergie et de ressources qu'à un moment donné, il y a des choses qui éclatent. Pour nous, ça n'a pas fonctionné. Je ne dis pas que nos bébés multiples ont été la cause de la rupture, mais ça n'a pas aidé.

Entendu sur europe1 :
Aujourd'hui, avec six enfants, on doit faire attention à tout

Quand mes quatre premiers ont eu 8 et 7 ans, je suis à nouveau tombée enceinte de mon nouveau mari, de jumelles cette fois. Je ne l'ai pas très bien pris, je n'étais pas très à l'aise avec l'idée. J'avais projeté une grossesse très simple, avec un seul bébé. J'ai beaucoup pleuré, et j'ai eu du mal à m'en remettre. Finalement, mon mari qui, de son côté, n'avait pas d'enfants, était hyper heureux de se projeter avec deux bébés d'un coup. En réfléchissant et en posant bien les choses, on s'est rendu compte qu'on gérait déjà quatre enfants au quotidien, donc ça n'allait pas être beaucoup plus compliqué d'accueillir des jumelles. Il vivait avec moi depuis un moment, donc on avait l'expérience des multiples.

>> De 15h à 16h, partagez vos expériences de vie avec Olivier Delacroix sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Aujourd'hui, avec six enfants, on doit faire attention à tout. On a fait des choix de vie. J'ai choisi de prendre un congé parental pendant six ans afin d'être au quotidien avec eux, mais ça impacte clairement le budget. Il y a plein de choses que l'on ne peut pas se permettre de faire. Pour réduire les dépenses au quotidien, on trouve des astuces. L'avantage, c'est que dès qu'il y a une sortie classique, basique, les enfants vont tout de suite s'émerveiller car ce sont des choses qu'ils n'ont pas l'habitude de faire.

Mon mari est architecte et je suis commerciale. On ne peut pas dire qu'on soit dans une tranche où on gagne vraiment bien notre vie. On a nos priorités, et en l'occurrence, pour nous, la priorité c'est de bien manger. On achète des produits de qualité. Pour le reste, on n'achète pas vraiment d'habits, on récupère pas mal de choses. On a un budget maison qui est conséquent car, évidemment, il faut de la place pour loger tout le monde. Ce sont nos deux priorités.

Entendu sur europe1 :
Ma vie de femme est pour l'instant mise entre parenthèses, mais je sais que ça va revenir

Pour l'instant, je n'arrive pas à être autre chose qu'une mère. Je pense que ça va revenir. Je reste hyper positive là-dessus. J'ai tendance à être une maman un peu louve, qui a du mal à lâcher ses petits. Clairement, ma priorité aujourd'hui, ce sont mes enfants. Ma vie de femme est pour l'instant mise entre parenthèses, mais je sais que ça va revenir, que c'est une étape de ma vie, que je dois faire face à ça. Il faut savoir vivre avec ce qu'on a sur le moment.

Je ne dis pas que c'est facile. J'avoue qu'il y a des moments où j'en ai marre, où je n'ai plus envie et où je me demande pourquoi je vis des choses comme ça. Mais généralement, ça passe.

Pendant les périodes de grandes sollicitations, comme les vacances scolaires ou quand les enfants enchaînent les maladies, on a l'impression de ne pas du tout voir le jour. Il faut être à l'écoute, disponible. On est partout à la fois. On est capable de faire des leçons pendant que l'on prépare le repas, pendant que l'on met une machine en route, et pendant qu'on coupe les ongles de pied du petit dernier. J'ai du mal à m'octroyer du temps quand ils sont là.

Je reste quand même assez disponible pour mes amis, j'arrive à trouver du temps, via par exemple le téléphone ou les mails. Je me libère d'une autre manière, tout en restant à la maison à m'occuper de mes enfants. 

Entendu sur europe1 :
Je me sens aujourd'hui au complet avec mes six enfants

Le plus agréable dans le fait d'avoir une famille nombreuse, c'est l'entraide et les valeurs que cela apporte aux enfants. Je trouve que ce sont des enfants très autonomes, toujours entourés… C'est très riche humainement ! On a une fratrie hyper soudée, et c'est ce qu'il y a de plus beau à voir.

Aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir fait assez de chemin dans la maternité, d'avoir vécu assez de choses. Je me sens aujourd'hui au complet avec mes six enfants. Je ne crois pas que l'envie peut revenir. Je suis arrivée au bout de ce que j'étais capable de donner."