Après son échec de la reprise de Whirlpool Amiens, le propriétaire est devenu un fantôme : plus d'adresse mail ni de téléphone

, modifié à
  • A
  • A
WN, Amiens 2000*1000 1:32
Nicolas Decayeux était à la tête de WN, l'entreprise qui a repris le site de Whirlpool Amiens avec le soutien d'Emmanuel Macron. © AFP
Partagez sur :
Un an après le fiasco de sa reprise du site de Whirlpool Amiens, pour laquelle il avait le soutien d'Emmanuel Macron, Nicolas Decayeux a complètement disparu. Plus d'adresse mail, plus de téléphone connu : il veut se faire oublier. 
REPORTAGE

C'est le temps fort du retour d'Emmanuel Macron dans sa ville natale, Amiens : la rencontre avec les ex-Whirlpool, ce vendredi. Une discussion souhaitée par Emmanuel Macron face à des salariés, pour la plupart au chômage aujourd'hui, et qui le tiennent en partie responsable du fiasco de la reprise du site par WN et son propriétaire, Nicolas Decayeux, qui a depuis disparu des radars. 

Alors qu'il prévoyait de réembaucher 277 salariés Whirlpool, WN est placée en liquidation judiciaire un an après la reprise du site, et ce malgré plusieurs millions d'euros d'aide de l'État, et l'appui du président de la République. Depuis, Nicolas Decayeux est devenu un fantôme : plus d'adresse mail valide et encore moins de téléphone. Même Brigitte Fourré, la maire d'Amiens, n'a pas "la moindre nouvelle du chef d'entreprise depuis plusieurs mois". Même si "elle a cherché à rester en contact, [elle] ne sait pas ce qu'il devient". 

Même chose pour la chambre de commerce et d'industrie locale, qui l'a vu pour la dernière fois il y a cinq mois lors d'une audience au tribunal de commerce d'Amiens. Une situation qui scandalise les habitants : "Il a des responsabilités, il doit les prendre ! Il a des comptes à rendre", lance cet Amiénois. "Il doit se manifester, assumer, la meilleure des choses est de ne pas faire l'autruche", ajoute un autre. Quant aux anciens Whirlpool, ils sont en colère : "Il [Nicolas Decayeux] est terré dans un trou, il ne veut plus parler à personne, mais il s'en est mis plein les poches et s'est barré avec l'argent du contribuable !", tonne Tonio, ancien délégué CGT du site. 

Finalement, seules l'antenne locale du Medef et la personne chargée de "sa communication" sont en contact avec lui. Cette dernière affirme que Nicolas Decayeux préfère rester en retrait, profondément touché par l'échec de la reprise. 

Europe 1
Par Pierre Herbulot, édité par Ugo Pascolo