Après l'attentat de Strasbourg, l'une des figures des "gilets jaunes" assure que le mouvement va "changer de méthode"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Interrogé par Matthieu Belliard sur Europe 1, Christophe Chalençon, "gilet jaune" du Vaucluse, explique que le mouvement va se concentrer sur le blocage des axes routiers pour la cinquième journée de protestation samedi.
RÉACTION

Plusieurs responsables politiques demandent aux "gilets jaunes" une trêve au lendemain de l'attentat qui a fait au moins deux morts à Strasbourg mardi soir. Mais chez les manifestants, il n'est pas question de laisser retomber la grogne, malgré les événements, mais plutôt de "changer de méthode". "Nous avons déjà entrepris de changer de méthode. Nous allons sortir des villes et  bloquer les axes routiers", a ainsi annoncé mercredi, au micro de Matthieu Belliard sur Europe 1, Christophe Chalençon, l'une des principales figures médiatiques du mouvement.

Après l'attentat de Strasbourg, l'une des figures des "gilets jaunes" assure que le mouvement va "changer de méthode"

Les "gilets jaunes" en deuil. Le "gilet jaune" assure que les personnes mobilisées afficheront leur soutien aux Strasbourgeois. "Tous les 'gilets jaunes' porteront samedi un brassard noir. Le pays est en deuil et nous devons ce deuil aux personnes exécutées mardi soir."

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1.

Ne plus pénaliser les petits commerces. Pour cet artisan forgeron du Vaucluse, la mobilisation doit également se réinventer pour éviter de devenir pénalisante vis-à-vis des petits commerçants des centres villes. "Nous avons une responsabilité qui est d'arrêter d'ennuyer les commerçants et les petits artisans qui font leur chiffre d'affaires en grande partie à la fin de l'année", plaide-t-il.

"On peut bloquer autour de Paris". Il considère ainsi que les "gilets jaunes" doivent désormais se concentrer sur les transports. "On peut bloquer autour de Paris, et si Paris n'est plus alimentée pendant trois jours, vous allez avoir des difficultés à alimenter vos frigos", relève-t-il. Et de conclure, sous forme d'avertissement : "J'espère que monsieur Macron comprendra, avec l'acte 5, qu'il doit véritablement changer de cap."