Alice Belaïdi accuse Pierre Ménès de propos racistes et sexistes

, modifié à
  • A
  • A
Alice Belaïdi 1:40
La comédienne Alice Belaïdi était l'invitée de Philippe Vandel lundi. © Europe 1
Partagez sur :
Au micro d'Europe 1, la comédienne Alice Belaïdi affirme avoir été victime de propos racistes et sexistes de la part du consultant sportif du Canal Football Club, Pierre Ménès. Des révélations qui s'ajoutent à celles qui ont suivi le documentaire "Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste", diffusé le 21 mars dernier.
INTERVIEW

C'est une nouvelle accusation visant le consultant sportif Pierre Ménès, en pleine tourmente après les révélations ayant accompagné la diffusion du documentaire de Marie Portolano, Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste. Invitée de Culture Médias à l'occasion du lancement de la saison 2 de la série Hippocrate sur Canal+, lundi, la comédienne Alice Belaïdi a révélé avoir été victime de propos sexistes et racistes de la part du journaliste. 

"Comme la plupart des filles j'ai déjà été agressée par des hommes et je n'ai pas su me défendre parce que j'ai eu peur", a raconté la comédienne qui a affirmé avoir également été victime d'agressions verbales dans son métier. "Moi aussi j'ai été victime de propos comme 'Sale bougnoule', ou 'Salope' de la part de Pierre Ménès. Donc je me dis qu'heureusement la parole est libérée et maintenant ces gens-là tombent parce que ça suffit", a-t-elle confié.

"Indispensable d'en parler"

Alice Belaïdi a expliqué avoir rétorqué au consultant sportif après ces attaques. "Je lui ai répondu une vanne sortie du tac au tac. Je me suis mise à son niveau et je lui ai demandé s'il ne traînait qu'avec des gens gros puisque moi j'étais arabe mais je ne traînais pas qu'avec des arabes. J'ai joué la grossophobie basique et il a très mal pris que j'ai de la répartie et que je lui réponde", a-t-elle poursuivi. 

Comme dans le documentaire de la journaliste de Canal+, Marie Portolano, la comédienne a donc révélé avoir elle aussi été traitée de "Salope" par le consultant. "Je crois que c'était son mot. Ça devait représenter pour lui le regard qu'il avait sur les femmes. Mais c'est grave et c'est important d'en parler. Donc je trouve ça très courageux que toutes ces filles du milieu osent enfin prendre le micro pour parler de tout ça, parce que c'était indispensable".

Le journaliste de 57 ans a depuis été suspendu par la direction du Canal Football Club jusqu’à nouvel ordre, en attendant qu’une "analyse approfondie" permette de statuer sur son cas.

Europe 1
Par Manon Fossat