À l'assaut du Vignemale, le plus haut sommet des Pyrénées françaises

, modifié à
  • A
  • A
Le Vignemale est à réserver aux randonneurs sportifs. 2:30
Le Vignemale est à réserver aux randonneurs sportifs. © Maud Descamps / Europe 1
Partagez sur :
RANDO D'ÉTÉ - Cet été, Maud Descamps nous emmène sur les plus beaux chemins de randonnée. Pour les sportifs, elle conseille le tour du Vignemale, six jours à grimper dans des paysages somptueux.
ÇA VAUT LE DÉTOUR

On continue nos randonnées d'été. Après le GR70 dans les Cévennes et la montagne Sainte-Victoire en Provence, on part faire le tour du Vignemale, le point culminant des Pyrénées françaises, à la frontière franco espagnole. 3.298 mètres d’altitude, pour les alpinistes c’est un sommet mythique. Il est situé au bord de la réserve naturelle Ordessa Vignemale et surtout, on est sur le tracé du GR10, le chemin de grande randonnée qui traverse toutes les Pyrénées, de l'océan atlantique à la Méditerranée.

Presque 5.000 mètres de dénivelé positif

Le tour du Vignemale se fait en six jours de marche. C'est une boucle, au départ par exemple de Pont d'Espagne dans les Hautes-Pyrénées. On est tout près du cirque de Gavarnie, un cirque naturel en roche. Il est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Sur le pourtour, il y a la fameuse "brèche de Roland". La légende dit que cette brèche a été ouverte par Roland, le neveu de Charlemagne, alors qu’il tentait de détruire son épée Durandal en la frappant contre la roche.

Vignemale 3s

© Maud Descamps / AFP

Soyons honnêtes, cette randonnée est pour les sportifs. Sur six jours on a plus de 4.800 mètres de dénivelé positif. Traduction : ça grimpe sévèrement. Mais on y croise des familles avec des jeunes ados. Donc, finalement, c’est assez grand public, à condition de respecter toutes les règles de sécurité de la haute montagne bien évidemment.

Des paysages magnifiques et variés

Pendant la marche, on franchit deux fois la frontière espagnole. C'est un des nombreux points d’intérêts de cette rando. On passe donc deux nuits, en refuge, du côté espagnol, avec des paysages qui changent sans cesse au fur et à mesure que l'on grimpe. On traverse des petits torrents, on marche à l’ombre des sapins, on fait attention aussi quand on passe sur des névés, des amas de neige qui persistent même au mois d’août. Et puis c’est un festival de marmottes !

Vignemale 2

© Maud Descamps / AFP

Mais le point s’orgue du tour de Vignemale, ça reste la grimpette entre pont d’Espagne et le refuge de Bayssellance : c'est le plus haut refuge gardé des Pyrénées. On est à 2.650 mètres d'altitude. Et de là-haut, on a une vue imprenable sur le cirque de Gavarnie. On vous conseille d'ailleurs de finir par cette étape.