À l'approche de Noël, la foule à Strasbourg pour les derniers achats

  • A
  • A
magasins Noël 1:13
Le dernier week-end avant Noël est généralement consacré aux achats de dernière minute, © Aurore MESENGE / AFP
Partagez sur :
Il reste moins d'une semaine pour trouver le cadeau idéal avant Noël. Mais en pleine épidémie de Coivd-19, et avec les nouveaux protocoles sanitaires, faire des emplettes de dernière minute oblige d'abord à s'armer de patience, comme a pu le constater Europe 1 dans les rues de Strasbourg.
REPORTAGE

Dernière ligne droite pour les courses de Noël. Les clients affluent dans les magasins pour ce dernier week-end avant le 25 décembre, et notamment à Strasbourg où s'est rendu Europe 1. Mais avec le nouveau protocole sanitaire contre le Covid-19, les files d'attente s'allongent dans la rue et les acheteurs de dernière minute doivent d'abord s'armer de patience.

Avant même l'ouverture des Galeries Lafayette, en plein centre-ville, une file d'attente avait déjà commencé à se former devant l'entrée du magasin. "Je suis passé samedi après-midi. Il y avait une queue sur 150 mètres, donc j'ai décidé de revenir ce matin", explique un Strasbourgeois. Un autre avoue s'y être pris à la dernière minute pour acheter ses cadeaux. "Je procrastine souvent. Mais sous la pression, on est meilleur !", plaisante-t-il. Tous les clients doivent porter leur masque et mettre du gel hydroalcoolique avant d'entrer. 

Veiller au respect des gestes barrière

À quelques mètres de là, dans sa petite chocolaterie, Michel s'organise au mieux pour faire respecter les gestes barrières. "On est dans une boutique de 30 mètres carrés. Ça veut dire trois personnes maximum. Mais j'ai quand même mis une affiche sur laquelle je limite l'accès à une personne, ce qui me permet de mieux réguler ce qui se passe. Par exemple, dans le protocole sanitaire, une famille compte pour une seule personne, et samedi j'avais une famille de cinq personnes dans la boutique", détaille-t-il.

Michel a d'ailleurs passé une demi-heure à désinfecter toute sa chocolaterie. Une seule préoccupation maintenant pour ses clients : faire le bon choix.

Europe 1
Par Mélina Facchin, édité par Romain David