Ouragan Irma : au moins deux morts à Saint-Barthélémy et Saint-Martin

, modifié à
  • A
  • A
Les dégâts en Guadeloupe.
Les dégâts en Guadeloupe. © Helene Valenzuela / AFP
Partagez sur :
Deux blessés graves sont également à déplorer après le passage de l'ouragan Irma sur les deux îles françaises. Les dégâts matériels sont "considérables". 
L'ESSENTIEL

Le passage de l'ouragan Irma sur les îles françaises de Saint-Martin et Saint-Barthélémy a fait au moins deux morts et deux blessés graves. Emmanuel Macron a estimé que le bilan, qui pourrait s'alourdir, "sera dur et cruel". "Les dégâts matériels sur les deux îles sont considérables", a-t-il ajouté. 

>> Article actualisé à 23h55, retrouvez de nouvelles informations à partir de 5h

Les principales infos à retenir

  • Les îles françaises de Saint-Barthélémy et Saint-Martin ont été frappées mercredi par l'ouragan
  • Au moins deux morts et deux blessés graves sont à déplorer 
  • Les dégâts matériels sont "importants", notamment à Saint-Martin. 

Quel bilan ? 

Le bilan : au moins deux morts et deux blessés graves. Le premier bilan fait état mercredi soir "d'au moins deux morts et deux blessés graves" à Saint Martin et Saint-Barthélémy, selon le ministère de l'Outre-mer. 

Emmanuel Macron avait prévenu un peu plus tôt que le bilan serait "dur et cruel". "Il est trop tôt pour faire un bilan chiffré. Je peux d'ores et déjà vous dire que ce bilan sera dur et cruel, nous aurons à déplorer des victimes", avait déclaré le chef de l'État, visage grave après une visite à la cellule de crise activée au ministère de l'Intérieur.

7.000 personnes non évacuées. St-Barthélémy et Saint-Martin sont passées en vigilance grise, qui n'impose plus le confinement de la population mais déconseille les déplacements. Le confinement total de la population avait été imposé dans les deux îles françaises avant d'être levé mercredi en fin de journée. Mais environ 7.000 personnes ont refusé de se mettre à l'abri, a annoncé mercredi Annick Girardin, la ministre des Outre-mer, précisant qu'elle était "très inquiète".

Quelle est la situation sur place ? 

Des dégâts matériels "déjà importants". Les dégâts matériels provoqués par Irma apparaissent "déjà importants" à Saint-Martin et Saint-Barthélémy, a déclaré la ministre des Outre-mer. Dans la partie néerlandaise de Saint-Martin, les dégâts sont "énormes" mais "il n'est pas encore possible de s'en faire une idée", a déclaré à la presse le ministre de l'Intérieur des Pays-Bas Ronald Plasterk.

Sur les réseaux sociaux, des photos et vidéos laissent entrevoir l'ampleur des dégâts sur les îles, où l'électricité et les télécommunications sont coupées : bateaux transformés en petits bois dans un port, arbres étêtés par des rafales de vent, toitures envolées, voitures immergées dans les rues. 

La vidéo prise par notre envoyé spécial après le passage de l'ouragan : 

"C'était terrifiant", raconte notre envoyé spécial. Notre envoyé spécial à Saint-Martin a livré un témoignage terrifiant, mercredi soir sur Europe 1. "C’était terrifiant. Quand les vents ont soufflé à leur intensité maximum, j’ai pu mesurer l’impact sur la maison. Les volets battent comme le monstre de vos pires cauchemars qui essaie de rentrer dans la pièce. Le bruit est infernal, dormir est impossible", a-t-il raconté. 

Où est l'ouragan ? 

Des vents jusqu'à 360 km/h. L'ouragan a frappé mercredi Saint-Barthélemy et Saint-Martin. L’œil du cyclone, d'environ 50 km de diamètre, est resté environ 1h30 sur Saint-Barthélemy avant de toucher Saint-Martin. Des rafales de vent ont été mesurées jusqu'à 360 km/h. L'ouragan se déplace désormais vers l'ouest-nord-ouest à 22 km/h et menace désormais Anguilla, les îles Vierges britanniques, la pointe est de Porto Rico et peut-être Haïti.

001_S58S3_preview (1)

La Guadeloupe épargnée. L'ouragan semble en revanche avoir épargné l'île de la Guadeloupe, plus au sud dans les Antilles, où l'alerte rouge au cyclone a été levée mercredi matin. Plusieurs milliers de foyers ont été privés d'électricité dans ce département d'outre-mer, bien moins touché que Saint-Barthélémy et Saint-Martin. Relativement épargnée, la Guadeloupe pourrait donc servir de "base arrière" aux secours. 

Un phénomène rare. "Avec ses vents maximum de 295 km/h près de son centre et des rafales à plus de 350 km/h, il constitue un phénomène extrêmement dangereux", indique Météo France. Il faut remonter à 1988 avec l'ouragan Gilbert pour avoir des valeurs de vents comparables. L'ouragan est aussi plus puissant que Harvey, qui a récemment frappé le Texas et la Louisiane, faisant au moins 42 morts et plus de 100 milliards de dégâts matériels.

Deux numéros d'information et le "Safety Check" sur Facebook. Les autorités ont mis en place deux numéros d'appel pour obtenir des informations sur la situation sur place : 01 82 71 03 37 (depuis la métropole), et le 05 90 99 39 00  (depuis les Antilles). Facebook a par ailleurs activé le "Safety Check", permettant aux internautes de se signaler en sécurité.