Longuet n'exclut pas la privatisation de Nexter

  • A
  • A
Partagez sur :

Le ministre de la Défense Gérard Longuet n'a pas exclu jeudi que l'Etat abandonne à terme le contrôle du groupe public d'armement terrestre Nexter, au capital duquel va entrer l'électronicien Thales.

Lors d'une visite du site de Nexter à Roanne (Loire), M. Longuet s'est également engagé à soutenir les campagnes d'exportation de Nexter (ex-Giat industries), constructeur de blindés, de canons et de munitions.

Nexter, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 1,1 milliard d'euros en 2010, vise à porter la part des exportations dans ses ventes de 30 à 40% à l'horizon 2015.
Le ministre a expliqué que la reprise par Nexter de TDA, la filiale munitions de Thales, décidée par l'Etat en décembre, permettrait au groupe public de constituer une activité de production de munitions de taille mondiale.

En échange, l'électronicien Thales prendra une participation dans Nexter "l'Etat ayant la ferme volonté de rester le patron dans cette entreprise, ici, à cet instant". "La situation est-elle figée pour autant ? Non", a cependant ajouté le ministre, laissant ainsi entendre que l'Etat pourrait réduire sa participation.