Bordeaux : la pollution à priori sans gravité

  • A
  • A
Partagez sur :

Le perchlorate d'ammonium découvert dans des sources de captage d'eau potable à Bordeaux n'est ni cancérigène, ni mutagène, a indiqué mercredi l'Agence nationale de sécurité sanitaire l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

L'Agence régionale de santé (ARS) Aquitaine précise dans un communiqué que pour l'Anses "si aucune étude épidémiologique n'apporte de preuve concernant les effets des perchlorates sur la fonction thyroïdienne, des études expérimentales suggèrent qu'ils peuvent induire un déficit en hormones thyroïdiennes". Elle conclut qu'en l'absence de consignes particulières des autorités sanitaires locales, l'eau du robinet peut être consommée sans risque par l'ensemble de la population, y compris les nourrissons.