Bordeaux : 25% de l'eau polluée et inutilisable

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

L'agglomération bordelaise est privée pour une durée indéterminée de 25% de ses sources d'alimentation en eau en raison d'une pollution au perchlorate d'ammonium, un polluant dont la France va être jeudi le premier pays européen à fixer des seuils de toxicité.

Des taux importants de perchlorate d'ammonium ont été découverts fin juin dans des sources de captage d'eau potable de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), ce qui a entraîné par précaution l'arrêt de certains pompages pour assurer une distribution d'eau parfaitement saine. Ce produit qui peut entraîner un dysfonctionnement de la thyroïde a été rejeté par le site industriel Safran SME, ex-SNPE Matériaux énergétiques (SME), implanté dans la banlieue de Bordeaux et qui utilise en grande quantité le perchlorate d'ammonium, notamment pour la propulsion de missiles.

Dans plusieurs bassins de captage d'eau au nord de Bordeaux, des taux atteignant par endroit 30 microgrammes par litre ont été découverts dans le cadre du rachat, début avril, de SME par le groupe d'aéronautique et de défense Safran.