Vierge à 25 ans, est-ce anormal ?

, modifié à
  • A
  • A
© Pixabay
Partagez sur :
Jeudi, dans "Sans Rendez-Vous" sur Europe 1, la psychanalyste et sexologue Catherine Blanc aborde la question de l'âge du premier rapport sexuel. 

Trop jeune, trop vieux... Y a-t-il une "norme" pour avoir sa première expérience sexuelle ? Jeudi, dans "Sans Rendez-Vous" sur Europe 1, la psychanalyste et sexologue Catherine Blanc livre son analyse sur une question qui taraude plus d'une personne : y a-t-il un âge pour avoir son premier rapport sexuel ?

La question d'Anaïs, 25 ans

J’ai 25 ans et je suis encore vierge. Si je trouvais légitime de prendre mon temps jusque-là, je me sens aujourd’hui très en décalage et anormale. Est-ce le cas ?

La réponse de Catherine Blanc

Il faut se dire que ce que l’on appelle "normalité" veut dire "le plus grand nombre" mais ça ne veut pas dire que, sorti(e) de ce contexte-là, on n’a pas son droit à expression différente. L’âge moyen d’une première fois est 17 ans mais pour autant, on n'est pas en retard parce qu’on en a 25. Tous les développements corporels ne sont pas les mêmes et pour faire l’amour, il faut être en adéquation avec l’autre mais aussi avec soi, avec son contexte de vie, ses urgences, ses priorités. Tout cela donne une première fois a des âges différents.

L’âge de la première fois est à 17 ans. Si c'est un peu avant, où est la limite ?

Il faut bien comprendre qu’à partir de la puberté, tout est en place pour faire l’amour et pour faire des bébés. Pour autant, est-ce que l'’on fait des bébés dès lors que l’on est pubère ? Non. Est-ce que l’on fait l’amour dès lors que l’on est pubère ? Non mais parfois oui. Le corps est prêt à cela. Cela dit, deux enfants de 14 ans n’ont pas le même corps. A cet âge, des enfants ont des corps de bébés quand d’autres ont des corps d’adultes. Nos corps ne nous renvoient pas aux mêmes choses, aux mêmes rendez-vous, ils ne nous offrent pas les mêmes opportunités au même moment que nos voisins ou voisines de classe.*

A l’inverse, si une personne est encore vierge à 40 ans, y a-t-il un "problème" ?

Cela raconte quelque chose en effet. C’est un problème pour la personne car de fait elle s’est mise très à la marge de quelque chose non pas de la société mais de quelque chose que raconte son corps. J’ai des patientes de 40 ans qui viennent me voir justement pour me poser la question de la virginité. Elles sont dans le temps où va se terminer leur fertilité. Pour certaines, c’était une grande entreprise d’évitement car le meilleur contraceptif, c’est encore de ne pas faire l’amour !

Et Anaïs, à 25 ans, doit-elle dire à son partenaire que c’est la première fois ou se taire pour éviter une quelconque pression ?

Cela dépend des personnes. Certaines ont besoin que l’autre soit attentif pour l’accompagner dans le combat contre ses peurs. Toutes les jeunes femmes ne retardent pas. Le "retard" est souvent mû par des peurs qui font que d'autres préoccupations passent avant le passage à la sexualité. Ceci étant, arriver dans une relation en disant « je suis vierge », « je te préviens… » ou « attention » peut parfois faire porter une responsabilité lourde à un jeune homme qui n’est pas toujours en capacité d’assumer. Cela peut lui faire peur. Au contraire, d’autres jouent les super-héros ! Certaines vont en parler car leur relation amoureuse est faite ainsi et leur couple se construit ainsi. D’ailleurs, ce sont souvent des hommes pour qui la sexualité n’est pas ultra-importante sinon il n’aurait jamais accepté de rester longuement dans une relation sans sexualité. D’autres préfèrent se taire et avanceront tranquillement quand elles auront gagné de la maturité.

Et pour celles qui retardent beaucoup, est-ce que ça ne montre pas un traumatisme ? Faut-il consulter pour essayer de comprendre ?

Si la femme a envie de faire l’amour, oui. Car elle peut aussi avoir envie de rentrer dans les ordres ! Il y a plein de raisons qui font qu’on ne fait pas l’amour. Ce peut être des traumatismes vécus qui font qu’on a besoin d’éloigner la sexualité ou le désir que l’on aurait car on s’est senti coupable d’en avoir par exemple. Il peut aussi y avoir des interdits comme celui de sortir de la relation maternelle et donc de rester une petite fille. Il peut enfin y avoir des tas de choses autour de la fertilité comme des mamans qui ont failli mourir en accouchant. Des femmes ne font pas l’amour pour ne pas risquer cela.

Europe 1
Par Europe1.fr