Réveillon : quelles différences entre indigestion et intoxication alimentaire et comment les éviter ?

  • A
  • A
mal de ventre, indigestion
"Les indigestions, voire les intoxications alimentaires, sont assez fréquentes pendant les fêtes", selon le docteur Jimmy Mohamed. © Pixabay
Partagez sur :
Dans "Sans Rendez-vous", le docteur Jimmy Mohamed répond à Geoffrey, un auditeur qui a eu une mauvaise expérience digestive, l'an dernier pendant les fêtes, à cause d'une langouste. Pour lui éviter une nouvelle déconvenue, le médecin livre donc ses astuces et en profite pour faire le point sur les indigestions et les intoxications alimentaires.

C'est malheureusement l'une des conséquences possibles des (trop) copieux repas qui ponctuent les fêtes de fin d'année : l'indigestion. Dans "Sans Rendez-vous", le docteur Jimmy Mohamed fait un point sur les pathologies et livre ses conseils pour éviter de garder un mauvais souvenir de ces fêtes de fin d'année, qui s'annonce déjà particulières en raison du contexte sanitaire. 

La moindre erreur peut se "payer cash" dans notre ventre

"Les indigestions, voire les intoxications alimentaires, sont assez fréquentes pendant les fêtes. On va manger un peu plus, faire un ou plusieurs excès, et on va manipuler des aliments fragiles, des œufs, de la viande, du poisson, des fruits de mer... Et la moindre erreur se paye cash dans notre ventre. 

Mais il faut faire la différence entre une indigestion et une intoxication alimentaire. La première est un inconfort : vous mangez plus que d'habitude et vous allez voir un apport massif en graisse. Du coup, vous allez vous sentir ballonné et avoir un peu de diarrhée le lendemain ou le surlendemain. Mais dans le cas d'une intoxication alimentaire, c'est un aliment qui ne passe pas parce qu'il est avarié. Il s'agit dans ce cas d'une infection. Il en existe des virales, notamment à cause du norvovirus, le plus fréquent, mais aussi des bactériennes. Elles peuvent être causées par la Listeria, le Campylobacter, des salmonelles... De manière générale, si plusieurs personnes ont des symptômes digestifs, il s'agit d'une intoxication. 

Des intoxications parfois graves, voire mortelles dans de rares cas

En revanche, les symptômes peuvent varier d'une personne à l'autre. Certains vont par exemple avoir des vomissements dans l'heure. Ces personnes ont l'avantage de se sentir bien mieux par la suite, puisque le virus ou la bactérie n'a pas le temps de passer dans votre estomac. 

Pour les autres, le corps étranger avarié va pénétrer dans l'intestin occasionnant des douleurs abdominales, des crampes, une diarrhée très liquide et parfois du sang dans les selles. Et certaines infections peuvent être graves, c'est pour cela qu'il faut surveiller cela de près. 

Si l'infection alimentaire touche une personne âgée polypathologique, elle va de déshydrater rapidement et cela peut être grave. Idem dans le cas d'un jeune enfant. Mais la gravité de l'infection dépend aussi de la bactérie ou du virus qui en est à l'origine : si c'est un petit staphylocoque, ce n'est pas très grave. En revanche vous avez d'autres infections, comme celles causées par la listeria monocytogenes qui conduisent à la mort dans 25% des cas. Mais elle est extrêmement rare, seulement 0,1% des intoxications alimentaires. 

Faire attention à la chaîne du froid

Pour s'assurer de passer les fêtes tranquille d'un point de vue digestif, il faut donc faire attention avec le stockage des aliments. On hésite également pas à bien cuire les aliments et on prend garde à la date de péremption. Attention également à la chaîne du froid : souvent l'erreur est commise de laisser des aliments hors du frigo trop longtemps, notamment les restes du lendemain. Il faut donc bien penser à remettre au frais aussi vite que possible les aliments et ne pas les laisser traîner sur la table". 

Europe 1
Par Jimmy Mohamed, édité par Ugo Pascolo