Posture, télétravail, sédentarité... Comment ménager son dos au quotidien ?

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
À la faveur du confinement et du télétravail, les maux de dos sont devenus de plus en plus récurrents. Mauvaise posture, position assise prolongée, sédentarité... Invité d'Europe 1, jeudi, le rhumatologue Charley Cohen a livré quelques conseils aux auditeurs afin de ménager leurs dos au quotidien.

Comment soulager le mal de dos, ce que certains appellent "le mal du siècle" et dont on parle davantage depuis que le télétravail est devenu la règle ? Invité d’Europe 1, jeudi, le rhumatologue Charley Cohen, auteur du livre Mal de dos, toutes les solutions antidouleur. Pour toute la famille (éditions Guy Trédaniel), est revenu sur les différents types de maux de dos dont peuvent souffrir les patients, avant de prodiguer quelques conseils. Parmi eux : bouger !

Consulter rapidement

Si l’on parle de mal de dos, en général, il existe en réalité plusieurs types de maux de dos, dont les causes et traitements varient, rappelle le Docteur Charley Cohen, évoquant les trois étages de la colonne vertébrale : "les douleurs de la région lombaire, les douleurs entre les omoplates et les douleurs cervicales". Ces maux de dos sont aussi provoqués par les radiations, lorsqu’un nerf s’enflamme et provoque une sciatique, descendant jusqu’au pied (dans le cas d’une douleur lombaire), ou jusqu’à la main (s’il s’agit d’une douleur cervicale).

Dans tous les cas, ces douleurs peuvent être liées à "un mauvais mouvement, des efforts de soulèvement mal exécutés, un stress excessif, une sédentarité, ou une position assise prolongée", précise le rhumatologue, au micro d’Europe 1. "Si la douleur est répétitive, il vaut mieux consulter pour ne pas passer à côté de quelque chose", répète le Docteur Charly Cohen, attirant notamment l’attention sur "les douleurs qui réveillent la nuit".

En effet, si elle persiste, le douleur devient chronique et peut avoir un retentissement psychologique entraînant des troubles dépressifs et une aggravation de la douleur. De quoi "perturber la qualité de vie familiale, conjugale, mais aussi au travail", explique l’invité. "Plus l’arrêt de travail est long, plus on a de chances de passage à la chronicité, donc il faut traiter le patient le plus rapidement possible".

Rester en mouvement

"Lorsqu’une douleur est chronique, le repos est néfaste", rappelle le rhumatologue, évoquant les risques d’une fonte musculaire, une perte osseuse et un sentiment d’isolement. Selon lui, "le meilleur traitement, c’est le mouvement" : il faut donc bouger, rester actif, mais en veillant à ne pas pratiquer de sport trop brutal. Les kinésithérapeutes ont un rôle très important pour éviter la récidive et la consultation fait d’ailleurs partie du traitement de la crise aigüe, afin de masser, faire des étirements et renforcer les muscles.

Mais le patient peut - et doit - travailler à son échelle au renforcement et à la préservation de son dos. Pour cela, explique le Docteur Charly Cohen, il s’agit avant tout "d’éviter les mouvement en hyperflexion, en hyper rotation, et les mouvements brusques" afin d’économiser les courbures du dos, mais aussi utiliser ses membres inférieurs et prendre des appuis. "On décharge sa colonne vertébrale, on prend appui, répète le médecin. Lorsqu’on doit porter une charge, il faut la porter près du corps : décharger sa colonne, c’est garder ses trois courbures bien droites."

Mieux s'asseoir, choisir sa literie, et contrôler son poids

Principal problème lié au télétravail, la position assise et les mauvaises postures contribuent à rendre les maux de dos de plus en plus récurrents. Si bien que le Docteur Charley Cohen estime que la position assise est "un gros problème de notre société". La raison ? Nous ne savons pas nous asseoir, ce qui est source de faiblesse musculaire. "On doit avoir le bas du dos bien collé par rapport au dossier, ne surtout pas avoir le dos rond, et ne pas avoir la tête en avant", explique le rhumatologue. "Il faut faire des pauses toutes les heures, se lever, s’étirer, bouger, changer de positions, prendre des appuis, éviter de tordre son cou lorsqu’on est au téléphone."

Et les petits gestes qui sauvent les lombaires, les omoplates et les cervicales s’étendent au choix de son oreiller et de son matelas. Pour combler la lordose cervicale, il faut un petit oreiller, idéalement un oreiller ergonomique pourvu d'un trou pour la tête. Pour ce qui est du lit, le matelas doit être modérément ferme et adapté au poids du patient, quitte à faire dormir deux membres d'un couple sur deux matelas différents, précise le rhumatologue.

Le poids a d'ailleurs un rôle très important dans la prévention des maux de dos, insiste Docteur Charly Cohen. "Le surpoids va avoir une répercussion sur le bas du dos, les articulations portantes : genoux, hanches, pieds", explique-t-il, ajoutant que le surpoids aggrave les lésions arthrosiques du disque et des articulations postérieures. D'où l'importance, selon lui, "d'agir sur le poids et d'avoir une bonne alimentation lorsqu’on a mal au dos".

Europe 1
Par Pauline Rouquette