La vaccination contre le Covid-19 entraîne une baisse inquiétante des autres vaccinations

, modifié à
  • A
  • A
Une baisse sensible des vaccinations courantes a été enregistrée en 2020, selon des chiffres publiés par "Le Parisien".
Une baisse sensible des vaccinations courantes a été enregistrée en 2020, selon des chiffres publiés par "Le Parisien". © AFP
Partagez sur :
Alors que la vaccination contre le Covid-19 en France progresse, les injections plus courantes contre d'autres maladies ont sensiblement baissé en 2020, de 20% par exemple dans le cas de l'hépatite B. Cette chute serait en partie due aux inquiétudes liées aux vaccins contre le coronavirus, inquiétudes qui auraient déteintes sur les autres produits.

À voir monter le compteur de la vaccination contre le Covid-19 (près de 19 millions de Français ont reçu leur première injection), on en oublierait presque les autres vaccins. Selon des chiffres publiés par Le Parisien, leur utilisation a baissé de 10% entre février 2020 et février 2021. Les professionnels de santé sont très inquiets de cette baisse, avec notamment 11% de vaccination en moins contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, et une baisse de 20% des vaccins contre l’hépatite B. Cette baisse pourrait s’aggraver dans les prochaines semaines. 

Une conséquence des "incertitudes sur la vaccination contre le Covid-19"

Pour Chantal Raherison-Semjen, présidente de la société de pneumologie de langue française, il y a deux raisons principales à ce recul de la vaccination. D'une part, les campagnes autour de la vaccination contre le Covid-19 ont fait passer à l'arrière-plan les autres infections virales. Mais surtout, les craintes autour des nouveaux vaccins déteignent aussi sur les autres. "Les incertitudes sur la vaccination contre le Covid-19, les questions, les discussions d'experts, ont jeté un doute. Et les patients se demandent si ça vaut aussi le coup pour les autres vaccins", explique-t-elle auprès d'Europe 1.

Paradoxalement, ce sont les anti-vaccins qui gagnent donc du terrain en pleine campagne de vaccination contre le Covid-19. Pour les médecins, il n'y a pas une minute à perdre. Il faut profiter de cette période pour déconstruire les idées fausses sur les vaccins. Sinon, le risque est connu : revoir des maladies que l'on pensait pratiquement éradiquées réapparaître dans les prochaines années.