La charge de Martin Hirsch contre le "populisme scientifique"

, modifié à
  • A
  • A
Martin Hirsch coronavirus masque 2:56
Martin Hirsch était l'invité d'Europe 1. © Europe 1
Partagez sur :
Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, publie L’énigme du nénuphar face au virus (Stock), un témoignage sur la crise du Covid vécue à l'intérieur du premier CHU de France. Au micro d'Europe 1, il a notamment estimé que le populisme scientifique n'avait pas lieu d'être, fustigeant en creux la "liberté de ton" de Didier Raoult qu'il "ne revendique pas".
INTERVIEW

"C’est peut-être rébarbatif, les essais cliniques, la standardisation, la randomisation, la transparence sur les données... Cela prend du temps, mais à la fin, c’est peut-être plus solide". Invité d'Europe 1 jeudi, Martin Hirsch est revenu sur la crise que le pays a traversé et a déploré qu'une forme de "populisme scientifique" ait été mis en lumière par le Covid, alors que des études scientifiques ont été largement controversées ces derniers temps.

Le directeur général de l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) publie L’énigme du nénuphar face au virus (Stock), un témoignage sur la crise du coronavirus vécue à l'intérieur du premier CHU de France.

"Rationalité" scientifique

"Les scientifiques sont là pour montrer que les contraintes existent, qu’il y a une rationalité. La baguette magique ne fait pas partie de l’arsenal du scientifique. L'essai contrôlé, lui, en fait partie", a souligné Martin Hirsch au micro de Patrick Cohen. Il donne notamment l'exemple, un peu ironique, d'un essai clinique mené à l'AP-HP, avec 60.000 patients suivis depuis chez eux, avec un questionnaire à remplir pour savoir comment ils allaient.

"Quand on prend ces 60.000 patients, quelques-uns ont dû être hospitalisés, mais plus de 90% ont été guéris spontanément. J'aurais pu faire une grande publication en disant, 'regardez, remplir un questionnaire en ligne permet à 90% de guérir spontanément'", explique Martin Hirch qui dénonce ainsi le manque de rigueur de certaines études. "C’est peut-être rébarbatif, les essais cliniques, la standardisation, la randomisation, la transparence sur les données... Cela prend du temps, mais à la fin, c’est peut-être plus solide", dit-il.

"Liberté de ton" vs "devoir de réserve"

Interrogé sur la liberté de parole du professeur Didier Raoult, infectiologue controversé de l'IHU Méditerranée Infection à Marseille qui défend l'usage de l'hydroxychloroquine pour traiter le coronavirus et dont les essais cliniques ont été critiqués, Martin Hirsch a tenu à rappeler que "les universitaires, et c'est très bien, ont une liberté académique et de ton". Avant de se faire plus nuancé : "La liberté c’est bien quand on l’utilise à bon escient. Il a une liberté de ton que je ne revendique pas. Je trouve que la discussion des arguments est compatible avec le devoir de réserve", a confié le directeur général de l'AP-HP.

"Injure à l'assistance publique"

Martin Hirsch avait, par courrier au président de l'Assemblée nationale, contesté deux passages de l'audition du Pr Didier Raoult par la commission d'enquête le 24 juin, semblant selon lui "s'apparenter à un faux témoignage" : une estimation des taux de décès de malades en réanimation entre Marseille et Paris, et des propos sur le premier mort officiel du Covid hors d'Asie, un patient chinois de 80 ans hospitalisé à Paris fin janvier et mort en février".

"Quand on dit sous serment que le premier patient, nous l'avons laissé sortir de l’hôpital, alors qu’il n’est pas sorti de l’hôpital, et pour démontrer une thèse qu’on travaille mal, je trouve que cela fait injure aux 100.000 personnes qui travaillent à l’assistance publique", a déclaré Martin Hirsch sur Europe 1.

"Je ne fais pas injure à ceux qui sont remarquables et travaillent à Marseille, mais on n’a pas besoin d’utiliser des arguments faux. Je pense qu’on ira devant les tribunaux, mais c'est très bien, la justice est très utile dans ce pays." Le professeur Raoult a de son côté déposé plainte auprès du parquet de Paris pour "dénonciation calomnieuse".

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Martin Hirsch ci-dessous : 

Europe 1
Par Séverine Mermilliod