Covid-19 : les élus du littoral attendent des vaccins supplémentaires

, modifié à
  • A
  • A
La population de La Baule augmente fortement lors des vacances. 1:33
La population de La Baule augmente fortement lors des vacances. © Tobias SCHWARZ / AFP
Partagez sur :
Alors que les communes des littoraux s'attendent à une forte augmentation de leur fréquentation lors des prochaines semaines, les élus des communes concernées s'organisent pour assurer au mieux la sécurité des habitants et des vacanciers, alors que l'épidémie de coronavirus continue de circuler. 
REPORTAGE

Avec les week-ends prolongés qui s'annoncent et les futures vacances d'été, de nombreux Français prévoient déjà de partir au bord de la mer. Une affluence bienvenue pour la reprise de la saison touristique après un an de paralysie, mais qui pose la question de la sécurité sanitaire, alors que l'épidémie de coronavirus continue de frapper le pays. De leur côté, les communes des littoraux s’organisent donc avant de voir leur population fortement augmenter.

Les livraisons vont s'intensifier vers le littoral

"Sur ces périodes de ponts, notre ville multiplie sa population par 4, par 5, et jusqu’à l’été par 10", explique le maire de La Baule Franck Louvrier. Et les vaccins doivent suivre ces migrations estivales. L'élu souhaite donc passer rapidement de 1.000 à 2.000 injections par jour. "Nous avons besoin d’avoir les gens qui soient protégés le plus tôt possible parce que l’industrie du tourisme va ouvrir ! Il faut qu'à la fois ces gens qui accueillent soient protégés, et que ceux qui viennent puissent avoir la possibilité de se protéger."

Au ministère de la Santé, un conseiller répète que les livraisons ont commencé et vont continuer à s’intensifier vers le littoral, avec notamment des flacons de Janssen. Pour ce vaccin, une dose suffit et donne la possibilité de se vacciner en un week-end à la mer

"Le vaccin n'est efficace que trois semaines après la première dose"

À Saint-Malo, Gilles Lurton travaille déjà à adapter le dispositif dans sa ville. "Nous sommes en train de prendre des dispositions pour augmenter les possibilités de vaccination dans ces centres", assure-t-il. Ici, un crieur de rue rappellera l’importance du port du masque, là, un maire prévoit l’installation de deux grandes zones de tests. 

Des mesures nécessaires pour Bruno Lina, membre du Conseil scientifique. "Le vaccin n’est efficace que trois semaines après la première dose", rappelle-t-il. "C’est bien par l’application des mesures barrières pendant un petit temps encore que l’on arrivera à développer le temps de la vaccination et la protection."

Europe 1
Par Marion Gauthier, édité par Antoine Terrel