Coronavirus : en cas de pandémie, dans les entreprises, "on fera comme pendant la grève"

, modifié à
  • A
  • A
bureau
© Pixabay
Partagez sur :
Alors que l'Italie tente d'endiguer la propagation du Covid-19, la France a décidé de maintenir ses frontières ouvertes, faisant craindre de nouveaux cas dans l'hexagone. S'il y avait pandémie, quelle serait la politique à l'échelle des entreprises ? Rien de moins que ce qui avait été prévu lors de la grève des transports en décembre, répond à Europe 1 la vice-présidente de l'association nationale des directeurs de ressources humaines.
INTERVIEW

Comment gérer le coronavirus dans les entreprises ? "On pourra déclencher des 'plans de continuité d'activité'", avance Laurence Breton-Kuény, vice-présidente de l'association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH). Interrogée mercredi par Europe 1, cette dernière évoque les solutions qui pourraient être mises en place au sein des entreprises françaises en cas de pandémie de Covid-19. Ces plans, déjà mis en place lors de l'épisode de grève des transports, en décembre dernier, visent à limiter l'impact économique que pourrait avoir une pandémie sur les entreprises.

"C'est ce qu'on appelle un risque de grand absentéisme majeur", explique la responsable de l'ANDRH, évoquant des salariés qui, comme lors de la grève des transports en Île-de-France, pourraient ne plus avoir la possibilité de se déplacer jusqu'au bureau. "Dans le cas d'un virus, c'est la même chose : il faut éviter que les personnes se croisent et éviter les déplacements".

Télétravail, aménagement d'horaires

Les "plans de continuité d'activité" mentionnés par Laurence Breton-Kuény comprennent des mesures qui ont vu leur popularité monter en flèche ces derniers mois. Télétravail, aménagement d'horaires... Des mesures auxquelles s'ajouterait cette fois la distribution de masques pour les salariés amenés à effectuer des déplacements.

Toutefois, la vice-présidente de l'ANDRH prévient, "même si on parle beaucoup de télétravail aujourd'hui, toutes les activités ne peuvent se faire en télétravail".

Europe 1
Par François Geffrier, édité par Pauline Rouquette