Coronavirus : un nouveau bilan de 30.371 morts, "nette dégradation" des indicateurs de suivi de l'épidémie

, modifié à
  • A
  • A
19 départements sont placés en vulnérabilité modérée face à l'augmentation de la circulation virale.
19 départements sont placés en vulnérabilité modérée face à l'augmentation de la circulation virale. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :
Dans son point quotidien sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France, la Direction générale de la Santé alerte mercredi sur la hausse sensible de plusieurs indicateurs de suivi, notamment le taux de positivité, qui trahit une accélération de la circulation du virus sur le territoire.

La situation face à l’épidémie de coronavirus reste très délicate en France. "Les indicateurs de suivi de l’épidémie sur le territoire national montrent une nette dégradation au cours des derniers jours", indique la Direction générale de la Santé dans son point de situation quotidien. La France comptabilise mercredi 30.371 morts, soit 17 décès supplémentaires depuis la veille. 379 malades liés au Covid-19 sont actuellement en réanimation, contre 391 mardi. Cette légère baisse est toutefois contrebalancée par la dégradation de plusieurs indicateurs ces derniers jours.

 

28 nouveaux clusters

Ainsi, 19 départements sont placés en vulnérabilité modérée en raison du taux d’incidence. Pour certains, ce chiffre est proche du seuil d'alerte fixé à 50 cas positifs par semaine pour 100.000 habitants. Le taux de positivité des tests réalisés s’élève à 2,2%, ce qui confirme l’augmentation de la circulation virale sur le territoire. 2.524 nouveaux cas ont été confirmé en 24 heures, soit 11.633 sur la semaine, un chiffre en hausse. Par ailleurs, 896 clusters ont été détectés, soit 28 nouveaux depuis mardi. 

Depuis le début de l'épidémie 108.616 personnes ont été hospitalisées, dont 83.472 ont pu rentrer à domicile

"Il est indispensable en cette période de vacances, en tout lieu et à tout instant, qu’individuellement et collectivement nous poursuivions nos efforts pour éviter une reprise épidémique", insiste la Direction générale de la Santé, alors que le Premier ministre Jean Castex a demandé aux préfets d'élargir les obligations de port du masque.

 

Europe 1
Par Europe 1