Coronavirus : 20% des malades développeraient des troubles psychiatriques

  • A
  • A
Partagez sur :
Une étude, réalisée sur plus de 60.000 malades aux États-Unis, montre qu’un patient sur cinq atteint du coronavirus a développé un trouble psychiatrique dans les trois mois suivants son infection. Le docteur Jimmy Mohamed met en garde et appelle à la vigilance.

Le coronavirus n’a pas encore livré tous ses secrets. Une étude, réalisée sur plus de 60.000 malades aux États-Unis et parue dans The Lancet Psychiatry, met ainsi en lumière les effets secondaires de la maladie sur la santé mentale des patients. Selon les résultats, près d’un patient sur cinq a développé un trouble psychiatrique dans les trois mois qui ont suivi l’infection. Le docteur Jimmy Mohamed a mis en garde contre ce phénomène, jeudi matin sur Europe 1.

Des chiffres plus élevés que pour d’autres infections

"Les chercheurs ont comparé ces chiffres à une grippe, une fracture ou une infection respiratoires. Les risques de troubles anxieux, d’insomnie et même de démence sont ainsi plus élevés en cas de coronavirus. C’est donc un virus pas comme les autres, qui nécessite une vigilance accrue.

Pour autant, il faut faire preuve d’humilité. Le coronavirus n’a pas encore livré tous ses secrets. Cette étude porte sur trois mois, mais il faudrait savoir ce que les patients vont devenir sur six mois, voire un an. D’ici 10-15 ans, on pourrait même se rendre compte que vouloir laisser circuler le virus a été une immense imprudence, en raison des potentiels effets secondaires du Covid-19.

L’importance d’aller consulter un médecin en cas de troubles

Si vous avez des symptômes de ce type après avoir attrapé le Covid, même si vous faites une forme légère à modérée et que vous n'avez pas besoin d'être hospitalisé, si vous sentez un coup de déprime, des troubles anxieux ou vous avez du mal à dormir, allez voir votre médecin généraliste. Il faut consulter et ne pas errer dans la nature puisqu'on sait que ces événements vont être plus fréquents.

A mesure que l'épidémie progresse, on va avoir de plus en plus de patients avec des troubles psychiatriques. Les soignants sont présents pour faire de la téléconsultation. La meilleure façon de ne pas avoir ces troubles, c'est donc d'essayer d'éviter le virus. Je ne cherche pas à culpabiliser les gens qui vont tomber malade, mais il va falloir être très vigilant. Les chiffres s'améliorent, mais au déconfinement ce ne sera pas le moment de faire n'importe quoi."