Cancer : Interception, le programme de recherche qui veut "révolutionner la prévention"

, modifié à
  • A
  • A
cancer 4:16
Le programme Interception veut améliorer la prévention et la détection des cancers grâce à l'aide des généralistes. © AFP
Partagez sur :
Et si médecine de ville et hôpital s'alliaient pour améliorer la prévention des cancers ? C'est l'idée derrière le programme de recherche Interception, lancé par l'Institut Gustave Roussy. Invitée de "Sans Rendez-vous" sur Europe 1, l'oncologue et directrice du projet, Suzette Delaloge, en détaille le fonctionnement.  
INTERVIEW

C'est un programme de recherche qui s'est fixé pour objectif de "révolutionner la prévention du cancer en France". Baptisé Interception, il doit permettre de "développer tous les outils pour identifier précocement un cancer avant la phase clinique", détaille au micro d'Europe 1 la docteure Suzette Delaloge, oncologue à l’Institut Gustave Roussy, dans le Val-de-Marne. Pour ce faire, Interception veut repérer les "personnes à risque augmenté" de cancer grâce à la coopération de la  médecine de ville et de l'hôpital, explique celle qui est à la tête du programme lancé par son établissement.

Réduire le nombre de cancers en renforçant la prévention

Concrètement, une fois qu'un généraliste estime qu'un patient est à risque, il contacte le programme Interception et une rencontre est organisée avec ce dernier sous la forme d'une journée de discussions. "On veut augmenter les connaissances des personnes [en la matière], leur sensibilisation aux symptômes, mais également déterminer avec elles le meilleur programme de prévention ou de dépistage", précise l'oncologue.

Interception compte ainsi notamment réduire le nombre de cancers les plus fréquents (sein, poumon, côlon), "les trois grands fléaux actuels" de la mortalité en France. "L'idée c'est de diminuer à long terme 30% des cancers graves. C'est-à-dire ceux qui ont un fort taux de mortalité, qui débouchent sur des séquelles ou dont les traitements ont des séquelles."  

Uniquement porté pour l'heure par l'Institut Gustave Roussy, le programme Interception pourrait, s'il se révèle efficace, être implémenté à plus large échelle sur le territoire. C'est en tout cas ce qu'espère Suzette Delaloge.

40% des cancers pourraient être évités

Le 4 février dernier, à l'occasion de la journée mondiale contre le cancer, Emmanuel Macron a présenté sa stratégie contre le cancer pour les dix prochaines années. Un plan dans lequel la prévention tient une place importante. Aujourd'hui, 40% des cancers pourraient être évités, notamment ceux dus au tabac et à l'alcool avait rappelé le chef de l'État. Avec 1.000 nouveaux cas diagnostiqués chaque jour en France, le cancer est la première cause de mortalité chez les hommes et la seconde chez les femmes.

Europe 1
Par Ugo Pascolo