Ce "cœur artificiel portatif" capable de sauver des vies sur les lieux des arrêts cardiaques

  • A
  • A
Le Samu peut transporter cette machine directement sur les lieux d'un arrêt cardiaque.
Le Samu peut transporter cette machine directement sur les lieux d'un arrêt cardiaque. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Le Samu de Lyon expérimente depuis deux ans le "cœur artificiel portatif", une machine transportable sur le lieu d'un arrêt cardiaque qui permet d'augmenter les chances de survie des victimes. 

C’est une grosse machine, qui ressemble à une boîte à chaussures et pèse 5 à 6 kilos : le "cœur artificiel portatif" permet au Samu de Lyon de sauver des vies directement sur le lieu d’un arrêt cardiaque d’un patient.

"C'est une pompe qui travaille"

"Le même mouvement qu'un cœur". Loïc, paysagiste, a ainsi pu être réanimé grâce à ce cœur artificiel portatif lorsqu’il a fait un arrêt cardiaque en octobre 2017 sur son lieu de travail. "C’est une pompe qui travaille, qui fait le même mouvement qu’un cœur normal. (Les secouristes) avaient arrêté mon cœur pour le laisser se reposer et m’ont mis le cœur artificiel en attendant que mon cœur se remette à battre normalement", raconte à Europe 1 Loïc.

Le cerveau continue d'être oxygéné. Le paysagiste avait été pris en charge rapidement par le Samu, tandis que ses collègues, formés aux gestes de premiers secours, avaient entrepris immédiatement un massage cardiaque dans l’attente des secours. C’est une des conditions pour utiliser le cœur artificiel portatif, car le cerveau ne doit pas avoir cessé de fonctionner pendant trop longtemps. Une fois "branchés" à la machine, le cerveau et les organes du patient en arrêt continuent d’être oxygénés, ce qui permet d'augmenter les chances de survie, sans séquelle au cerveau, rappelle Le Progrès.

Une technologie sortie du bloc chirurgical 

Un délai d'intervention plus rapide. Cette technologie était jusque-là uniquement utilisée dans les blocs opératoires hospitaliers. Elle est désormais transportable, et c’est une vraie révolution, à en croire le Docteur Pierre-Yves Dubien, chef adjoint du Samu de Lyon. "Avec cette machine, le délai d’intervention devient plus rapide. Et si on peut proposer la mise en place de cette technique d’assistance dès le lieu de l’arrêt cardiaque, on gagne 45 minutes et donc peut-être une vie", explique-t-il à Europe 1.

20 à 30 vies sauvées chaque année. Sans cette machine, Loïc "ne serait plus parmi nous", concède sa maman Patricia. Le cœur artificiel portatif permet de sauver entre 20 et 30 vies chaque année à Lyon. Le Samu local l’expérimente depuis deux ans, tout comme celui de Paris. Mais tous les patients en arrêt cardiaque ne peuvent pas bénéficier de cette machine : il faut être âgé de moins de 65 ans, avoir alerté le Samu très rapidement et avoir bénéficié d’un massage cardiaque immédiatement. 

Europe 1
Par Jean-Luc Boujon, avec Mathilde Belin