Tempête Alex : Macron confirme la signature de l'arrêté d'état de catastrophe naturelle

, modifié à
  • A
  • A
Macron crues Alex Pompiers
Emmanuel Macron avait promis un soutien dans la durée aux sinistrés des crues dans les Alpes-Maritimes. © CHRISTOPHE SIMON / POOL / AFP
Partagez sur :
Lors de son déplacement dans les zones dévastées par le passage de la tempête Alex, mercredi, Emmanuel Macron a confirmé que l'arrêté proclamant l'état de catastrophe naturelle avait été signé. "Cela va permettre de déclencher les indemnisations", a indiqué le chef de l'État depuis Tende où il a rencontré des habitants éprouvés.

Venu apporter son soutien aux habitants traumatisés par les destructions causées par la tempête Alex, Emmanuel Macron a affirmé mercredi auprès des sinistrés que l'arrêté proclamant l'état de catastrophe naturelle avait été signé. Depuis Tende, localité touché par les crues, le chef de l'État a indiqué cet arrêté allait "permettre de déclencher les indemnisations". "La Nation sera là, présente, dans la durée", a souligné Emmanuel Macron dans un message sur Facebook, mercredi matin. "Pleinement mobilisé dans l'urgence, l'État le restera demain, dans la phase de reconstruction. J'en prends l'engagement", a-t-il insisté quelques heures avant d'aller à la rencontre des habitants.

"On a eu la sensation d'être oubliés pendant 48 heures, faut pas nous oublier, faut refaire notre belle Roya et qu'on revive", lui lance une habitante de Tende en larmes. Emmanuel Macron lui met la main sur l'épaule: "On mettra les moyens, on sera là". Quelques minutes plus tôt, la voix nouée, le maire de Tende Jean-Pierre Vassallo avait raconté au président le désastre lors des pluies torrentielles: "Le vendredi soir, c'était le cauchemar, les maisons tombaient les unes après les autres, on a évacué l'Ehpad, avec le personnel soignant, les pompiers, on a fait un véritable miracle".

Beaucoup parlent au président de l'urgence de rétablir la ligne de train alors que la route depuis Vintimille, sur la côte italienne, a été emportée à de nombreux endroits, ne laissant que des pointillés d'asphalte. "Dans les prochaines heures, on va rouvrir un accès (routier) par l'Italie. Après, le train, 4 ou 5 semaines, nous disent les techniciens (...) La route principale que vous connaissez, elle, ça va pendre des mois car il y a des ponts à refaire, je vais pas vous mentir", répond le chef de l'Etat. "Aujourd'hui, on a signé l'arrêté de catastrophe naturelle, ça va permettre de déclencher des indemnisations", ajoute-t-il, en précisant que 80% du coût des maisons à reconstruire seront pris en charge.

Dix jours pour déclarer le sinistre 

L'état de catastrophe naturelle est une reconnaissance qui "peut ouvrir droit à la garantie des assurés contre les effets des catastrophes naturelles sur les biens" déjà assurés par un contrat multirisques pour l'habitation ou l'automobile. "Les frais dits indirects (frais de relogement, perte de jouissance d'un bien...) restent à votre charge, sauf indication contraire dans votre contrat", indique le ministère de l'Économie sur son site.

Après la parution de l'arrêté au Journal officiel, les particuliers et les entreprises disposent "d'un délai maximum de 10 jours" pour déclarer le sinistre à leur assurance. "Il vous faudra faire une liste précise des dommages subis et des biens perdus ou endommagés. Joignez à votre déclaration des preuves de la valeur et de l'état de vos affaires : factures, photos... Conservez les objets endommagés, car ils seront examinés par l'assureur ou l'expert désigné", précise l'administration.

Un milliard d'euros de dégâts ?

Ces régions de montagnes offrent un paysage de désolation : des dizaines de maisons ont été englouties par les eaux ou éventrées, des ponts et des routes arrachées, les réseaux d'eau potable anéantis. Le coût de la reconstruction est estimé à un milliard d'euros, a indiqué le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Renaud Muselier en se basant sur des chiffres du préfet.

Après sa visite à Tende, Emmanuel Macron doit se rendre en fin d'après-midi à Breil-sur-Roya et Saint-Martin-Vésubie, deux autres communes touchées par ces crues. Partout, hélicoptères, engins de chantier et secouristes s'activent pour désenclaver des villages et ravitailler les populations, raccorder l'électricité, apporter de l'eau potable. Le chef de l'Etat terminera sa visite en soirée par le centre opérationnel départemental installé à la préfecture à Nice.