Masques : "Il n'y a pas de stocks cachés dans la grande distribution", assure Agnès Pannier-Runacher

, modifié à
  • A
  • A
4:30
Partagez sur :
Invitée lundi d'Europe 1, la secrétaire d'État auprès du ministère de l'Économie et des Finances Agnès Pannier-Runacher est revenue sur la polémique autour de la grande distribution, accusée d'avoir constitué des "stocks cachés" de masques à usage unique. "C'est un procès inapproprié", estime-t-elle. 

La polémique a battu son plein tout le week-end. Alors que les Ordres des professions de santé se sont offusqués du nombre "sidérant" de masques annoncés à la vente par la grande distribution - alors que les soignants en ont tant manqué -, les acteurs du secteur se sont défendus d'avoir constitué des "stocks cachés" de masques à usage unique. Invitée lundi d'Europe 1, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministère de l'Économie et des Finances, a dénoncé "un procès inapproprié". "Il n'y a pas de stocks cachés dans la grande distribution", assure-t-elle, préférant mettre en valeur le rôle clé du secteur dans la préparation du déconfinement.

"Nous avons travaillé main dans la main avec eux, comme avec l'ensemble des circuits de distribution, pour préparer le confinement", assure-t-elle au micro de Sonia Mabrouk. "La séquence est simple. Début mars, nous réquisitionnons tous les masques disponibles sur le territoire, et ils nous sont remis essentiellement gratuitement par les entreprises. À partir du 20 mars, nous autorisons l'importation de masques provenant de l'international, et nous gardons pour nous toute la production française pour alimenter les soignants. Et nous avons augmenté drastiquement les importations de masques, non seulement pour les soignants, mais aussi grâce aux entreprises, du côté du privé, pour équiper les salariés qui continuent à travailler, mais également en préparation du déconfinement." 

"Une très mauvaise polémique"

"À un moment où nous devons tous préparer le déconfinement, nous avons plutôt souhaité nous appuyer sur l'ensemble des acteurs publics et privés", poursuit Agnès Pannier-Runacher. "Olivier Véran a informé les soignants qu'il mettait à disposition 100 millions de masques par semaine. Et en parallèle, grâce à la grande distribution, mais aussi aux artisans, aux buralistes, nous testons cette semaine de nouveaux circuits de distribution."

"C'est une très mauvaise polémique", martèle Agnès Pannier-Runacher, qui rappelle que les groupes de la grande distribution "ont été très clairs". "Il y a toujours pour le gouvernement la possibilité de réquisitionner", conclut-elle.

Europe 1
Par Antoine Terrel