Sanctions contre les chômeurs : pour Emmanuel Macron, "il n'y a rien de choquant" à "mettre des règles"

  • A
  • A
Selon le chef de l'État, "mettre des règles ne veut pas dire que l'on va poursuivre chacun ou qu'il y a une suspicion derrière chacun".
Selon le chef de l'État, "mettre des règles ne veut pas dire que l'on va poursuivre chacun ou qu'il y a une suspicion derrière chacun". © ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :
Depuis les Pyrénées où il est actuellement en vacances, le chef de l'État a réagi mercredi sur LCI à l'article du "Canard enchaîné" évoquant un éventuel durcissement des règles de contrôle des chômeurs. 

Après les ordonnances réformant le code du travail, le gouvernement s'attaque à un nouveau dossier explosif. Dans le cadre de la future réforme de l'assurance chômage, l'exécutif envisage en effet de durcir certaines sanctions vis-à-vis des chômeurs ne recherchant pas assez activement un emploi, selon une note interne révélée mercredi par le Canard enchaîné. Emmanuel Macron assume : "Il faut s'assurer que chacune et chacun recherchent bien l'emploi qui peut être offert et que lorsqu'un emploi correspond à ses compétences, il le prenne. Je crois qu'il n'y a rien de choquant, c'est normal, c'est ce que font tous les pays qui nous entourent", a réagi le chef de l'État dans une interview à LCI mercredi.

"Mettre des règles ne veut pas dire que l'on va poursuivre chacun". "Il ne faut tomber dans aucun raccourci", a cependant tenu à clarifier le président de la République. "Mettre des règles ne veut pas dire que l'on va poursuivre chacun ou qu'il y a une suspicion derrière chacun", a-t-il ainsi assuré. "Je n'accepte aucun des discours qui consistent à réduire les chômeurs à des gens qui frauderaient", a encore souligné le chef de l'État selon qui "s'il n'y a pas de rigueur, on ne peut pas faire avancer le pays".

Actuellement, en cas de recherche d'emploi insuffisante ou de refus de formation, un chômeur peut voir son allocation réduite de 20% pendant deux à six mois. Selon la note révélée par le Canard enchaîné, l'allocation serait réduite de 50% pendant deux mois.

Quinze milliards d'euros pour former les chômeurs. Depuis La Mongie, dans les Hautes-Pyrénées, où il est en vacances, Emmanuel Macron a aussi promis des mesures afin de "beaucoup mieux former les gens". "On va investir 15 milliards d'euros" pour former les chômeurs, a-t-il annoncé.

La négociation sur la réforme de l'assurance chômage débutera le 11 janvier et s'achèvera mi-février entre le gouvernement et les partenaires sociaux.

Selon des chiffres publiés mercredi par le ministère du Travail, le nombre de chômeurs de catégorie A inscrits à Pôle emploi a baissé en novembre (-29.500, -0,8%), pour s'établir à 3,45 millions de personnes en métropole, soit son plus bas niveau depuis trois ans.

Europe 1
Par T.M.