Retraites : Gérard Larcher dénonce "une faute originelle" du gouvernement

, modifié à
  • A
  • A
Gérard Larcher 2:00
Gérard Larcher, le président LR du Sénat, était l'invité du Grand Rendez-Vous d'Europe 1 le dimanche 12 janvier 2020. © Europe 1
Partagez sur :
Selon Gérard Larcher, le président LR du Sénat, invité du Grand Rendez-Vous d'Europe 1, le gouvernement a fait l'erreur d'engager la réforme "sans parler de l'âge légal" de départ à la retraite. Lui est favorable à le décaler plus tard pour assurer la pérennité financière du système.
INTERVIEW

Invité du Grand Rendez-Vous sur Europe 1, Gérard Larcher​, président Les Républicains du Sénat a estimé que le gouvernement avait commis "une faute originelle" sur la réforme des retraites "en décidant de ne pas parler de l'âge légal" de départ. Lui, comme la quasi-totalité de la droite d'ailleurs, estime qu'on ne peut assurer la pérennité budgétaire du système de retraite qu'en retardant cet âge de départ. À l'inverse, Emmanuel Macron a martelé pendant sa campagne qu'il n'y toucherait pas.

"Il n'y a plus de motif à la grève parce qu'il n'y a plus de réforme"

Mais pour Gérard Larcher, cette promesse a conduit le président à tergiverser et choisir la solution hybride de l'âge pivot, suscitant une levée de boucliers. Pour que finalement cet âge pivot soit abandonné et, avec lui, selon le président du Sénat, tout espoir de conserver un équilibre budgétaire. "Je ne veux pas tromper les générations futures", explique-t-il. "Je suis pour sauver le système par répartition. Et ne pas le conduire à l'équilibre, c'est à termes le conduire vers un système par capitalisation, totalement inégalitaire."

"Aujourd'hui, après la décision de compromis, il n'y a plus de motif à la grève parce qu'il n'y a plus de réforme", estime-t-il par ailleurs. Pour lui, les leaders de la CGT doivent penser aux gens "qui galèrent au quotidien et à l'économie" et donc cesser la grève. "L'enjeu ne mérite plus ce grand blocage" car selon le président du Sénat, le projet de loi ne se résume plus qu'à "une réforme à points qui n'est même pas universelle". Quant à la conférence de financement - proposée par Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT -, Gérard Larcher estime que "c'est une bonne idée" qui reste à définir. "Il faudra qu'on nous dise les réalités du financement", ajoute-t-il. 

 

 

 

Europe 1
Par Céline Brégand