Régionales en Occitanie : vers un duel entre le PS et le RN

  • A
  • A
garraud delga régionales occitanie 1:01
À gauche, Jean-Pierre Garraud (RN), à droite Carole Delga (PS). © AFP
Partagez sur :
Selon un sondage exclusif Ifop pour Europe 1 et "La Tribune", le candidat du Rassemblement national, Jean-Paul Garraud, arriverait en tête au premier tour des élections régionales en Occitanie, dans moins de trois semaines. La présidente socialiste sortante, Carole Delga, dispose néanmoins d'un avantage au second tour selon divers scénarios étudiés.

Bataille RN/PS en Occitanie. À trois semaines du premier tour des élections régionales, qui se tiendront les 20 et 27 juin prochains, un sondage exclusif Ifop pour Europe 1 et La Tribune révèle mardi que la gauche, qui tient la région, aura pour principal adversaire le Rassemblement national (RN) qui la devancera au premier tour. Interrogé par Europe 1, Frédéric Dabi, directeur général de l'Ifop en tire les enseignements principaux.

"Le rapport de force électoral en région Occitanie se résume à un duel entre le rassemblement national et Carole Delga, la sortante socialiste", explique Frédéric Dabi, évoquant un avantage au premier tour pour la liste RN de Jean-Paul Garraud avec 30%. Toutefois, précise-t-il, "c'est un avantage faible. C’est une des rares régions où le Rassemblement national recule par rapport à 2015."

Des scores assez nets pour le second tour

Quid des autres forces politiques ? "Elles peinent à exister", analyse le directeur de l’Ifop. "13% pour la majorité présidentielle, 14% seulement pour la droite... Ça devient une région très compliquée pour la droite qui recule à chaque scrutin", poursuit-il.

Face à cela, la gauche, elle, tient le choc. "Carole Delga, la sortante qui est créditée d'un bon bilan, peut compter sur des réserves de voix de la France insoumise et surtout d'Europe Écologie-Les Verts, qui ont terminé à 10%". Cela donne des scores assez nets pour le second tour, conclut Frédéric Dabi, prévoyant 37% pour Carole Delga en triangulaire (contre 31% pour le RN), et 40% pour la gauche dans l’hypothèse d’une quadrangulaire. "C'est une région que le PS peut espérer conserver."

Europe 1
Par Claudia Bertram, édité par Pauline Rouquette