INFORMATION EUROPE 1 - Quand "l'identité nationale" fait son retour dans un projet de tract de La République en marche

, modifié à
  • A
  • A
tract LREM
Un tract édité par LREM mentionne une "réflexion collective sur l'identité nationale".
Partagez sur :
La République en marche a édité la première mouture d'un tract reprenant les principales annonces d'Emmanuel Macron et mentionnant une "réflexion collective sur l'identité nationale". Il a finalement été modifié.
INFO EUROPE 1

Le terme est connoté, forcément. C'était celui choisi par Nicolas Sarkozy pour, en 2007 puis en 2009, lancer un grand débat sur l'immigration et l'intégration, qui n'avait finalement pas eu lieu face au tollé déclenché. Voilà que "l'identité nationale" fait son grand retour… dans un projet de tract de La République en marche!.

Ce document édité par le mouvement, qu'Europe 1 s'est procuré, résume le "nouveau contrat pour la Nation" esquissé par Emmanuel Macron lundi soir, lorsqu'il s'est exprimé à la télévision pour tenter d'apaiser la crise des "gilets jaunes". Le tract résume les annonces sociales du président, comme l'"augmentation du revenu d'un travailleur au Smic de 100 euros nets par mois", la prime de fin d'année exonérée de charges et d'impôt ou encore l'annulation de la hausse de CSG pour les retraités aux revenus compris entre 1.700 et 2.000 euros par mois. Mais il mentionne aussi "l'ouverture d'un grand débat de 3 mois dans tout le pays" pour réfléchir à des enjeux politiques, comme les services publics et… "une réflexion collective sur l'identité nationale".

Capture tract

"C'est une très mauvaise idée". Le sujet avait bel et bien été abordé par Emmanuel Macron lundi soir. "Je veux aussi que nous mettions d'accord la Nation avec elle-même sur ce qu'est son identité profonde", avait-il déclaré. "Que nous abordions la question de l'immigration. Il nous faut l'affronter." Mais l'utilisation du terme "identité nationale" n'est pas sans faire de remous chez les marcheurs. "C'est une très mauvaise idée", tranche Aurélien Taché, député du Val-d'Oise, qui avait été chargé de plancher sur le volet "intégration" de la loi asile et immigration. "Cela renvoie à une conception connotée idéologique de cette thématique. À l'époque, avec Nicolas Sarkozy, vous aviez un parti-pris qui était le suivant : l'immigration mettrait l'identité nationale en danger. Or, on peut dire au contraire qu'elle enrichit l'identité française."

Parler d'immigration "avec nos mots". Pour Aurélien Taché, il est nécessaire d'aborder cette question. "Il faut réfléchir à ce qu'est être citoyen dans un contexte de société ouverte, à la place de l'altérité, de la religion dans la société française. Mais il faut le faire avec nos mots." Le député, qui avec plusieurs collègues s'est ému de la formulation du tract auprès du patron de LREM, Stanislas Guérini, a assuré qu'il s'agissait d'un document de travail, et que le terme "identité nationale (allait) disparaître". Ce fut chose faite en fin de journée, jeudi. La nouvelle version du flyer mentionne une réflexion sur "la démocratie, la citoyenneté et l'immigration".

Contrat nation