Présidentielle 2022 : Pécresse et Wauquiez en embuscade derrière Bertrand

, modifié à
  • A
  • A
Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez ne sont pas encore officiellement en course pour la présidentielle. Mais ils y pensent. 1:30
Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez ne sont pas encore officiellement en course pour la présidentielle. Mais ils y pensent. © THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :
Un président de région déclaré pour 2022 - Xavier Bertrand - et deux autres en embuscade - Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez -, voilà comment on pourrait résumer la ligne de départ pour la course à la présidentielle chez LR. Les présidents de l’Ile-de-France et d’Auvergne-Rhône-Alpes ont choisi une stratégie différente de celle de Xavier Bertrand : assurer leur réélection dans leur fief avant de parler présidentielle. Mais ils y pensent.
DÉCRYPTAGE

Xavier Bertrand met le turbo pour sa campagne présidentielle. Il a donné une interview dans Le Point jeudi avec ses premières propositions et est dimanche l'invité du Grand Rendez-vous sur Europe 1. Pendant que le président des Hauts de France occupe le terrain, deux autres présidents de régions trépignent en coulisses pour 2022 : Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse. Chez Les Républicains, personne n’a le moindre doute : ils n’ont renoncé à rien, et attendent juste la fin de la séquence des régionales pour envisager la suite si les circonstances leur sont favorables.

Un soutien de Valérie Pécresse n’en fait pas mystère : "2022 ? bien sûr qu’elle y pense !". La tonalité est la même quand on prononce le nom de Laurent Wauquiez devant un dirigeant de LR qui s’en amuse : "J’aurais du mal à dire qu’il n’y songe pas." Y penser toujours, n’en parler jamais. L’adage est bien adapté pour ces deux présidents de régions. Ils ont beau n’avoir que les régionales à la bouche, dans leur tête la présidentielle n’est pas loin.

"Des élus se tournent vers Laurent Wauquiez"

La preuve avec Laurent Wauquiez qui a repris contact avec les barons LR, comme Gérard Larcher, ou Bruno Retailleau. Il a échangé avec le président du groupe LR au Sénat mardi soir. Cela faisait pourtant 18 mois que Laurent Wauquiez s’était éloigné de la politique nationale, depuis qu’il a dû quitter la présidence de LR en 2019 dans la foulée d’élections européennes catastrophiques (8,48% des voix pour la liste emmenée par François-Xavier Bellamy). "Il avait pas mal coupé", explique l'un de ses proches, "mais des gens demandent à le voir". Un de ses lieutenants raconte que "depuis Noël, des élus se tournent vers Laurent Wauquiez en lui disant 'on a besoin de toi, un vrai candidat de droite '". 

Valérie Pécresse se focalise aussi sur sa région mais "elle n’a renoncé à rien", à en croire un de ses lieutenants. Sa campagne régionale lui permet de peaufiner son réseau. Elle multiplie les visios avec les parlementaires d’Ile-de-France, députés européens compris, et a échangé ce week-end avec des centaines de femmes de droite élues dans la région. "Elle se fait un super fichier", s’amuse l’une d’elles. Un fichier qui a vocation à servir en temps utile.

"Laisser la priorité à Bertrand qui est à 14% ? Une plaisanterie"

Si Xavier Bertrand est en avance, il n’est pas encore vu comme le "candidat naturel" auquel la droite aspire. Un lieutenant de Valérie Pécresse est formel : "Laisser la priorité à Bertrand qui est à 14% ? C'est une plaisanterie !"

Reste que les stratégies sont différentes : le président des Hauts de France mène de front deux campagnes, locale et nationale. La présidente de l'Île-de-France et son alter ego d'Auvergne-Rhône-Alpes, eux, ne veulent pas brûler les étapes et ont un préalable : assurer leur réélection dans leur fief avant d’envisager la présidentielle. En espérant une prime au mieux élu en guise de booster, toute défaite étant évidemment éliminatoire.

Un des proches de Laurent Wauquiez, contacté par Europe 1, trouve même "assez cavalier de la part de Bertrand de donner l’impression qu’il n’a rien à faire des régionales". Un proche de Valérie Pécresse trouve pour sa part "décalé de parler présidentielle alors que la situation sanitaire est hors de contrôle". Les deux veulent faire les bons élèves de la gestion de crise. Xavier Bertrand veut lui essayer de s’imposer avant que les deux autres soient libérés des régionales. "Il doit tuer le match tant qu’il peut le faire", explique un de ses partisans. En clair, pendant qu’il est seul en piste.

Europe 1
Par Aurélie Herbemont