Nicolas Dupont-Aignan juge qu'il y a plus de "liberté médiatique en Hongrie qu'en France"

  • A
  • A
Nicolas Dupont-Aignan devrait rencontrer prochainement Viktor Orbán, avec qui il espère faire bloc au Parlement européen.
Nicolas Dupont-Aignan devrait rencontrer prochainement Viktor Orbán, avec qui il espère faire bloc au Parlement européen. © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
Nicolas Dupont-Aignan, qui a été prié mercredi de quitter le plateau de "C à vous", a jugé jeudi que la "liberté médiatique" est plus importante en Hongrie qu'en France. 

"Il y a plus de liberté médiatique en Hongrie ou en Pologne qu'en France", a estimé jeudi le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan dans l'émission Face aux Chrétiens pour La Croix-KTOTV-Radio Notre-Dame et RCF. "Il faut arrêter avec cette espèce de salissure incroyable sur le régime de Viktor Orbán", a-t-il ajouté, assurant qu'il n'y avait "aucune dérive" autoritaire du Premier ministre populiste hongrois. "C'est une invention, une invention absolument délirante parce que simplement, Viktor Orbán, la Pologne, veulent défendent leur identité", a-t-il dit.

Une prochaine rencontre avec Orbán. Selon lui, "il y a des télévisions très dures contre Orbán, je peux vous dire, très dures". Nicolas Dupont-Aignan a précisé qu'il rencontrerait "bientôt" Viktor Orbán, et qu'il souhaitait que le parti de ce dernier "puisse rejoindre le groupe ECR (conservateurs, ndlr)" au sein du Parlement européen, ainsi que "d'autres partis comme le Forum de la démocratie en Hollande, qui sont encore une fois des eurosceptiques modérés, pas extrémistes".

Prié de quitter le plateau de "C à vous" mercredi. La veille, dans l'émission C à vous sur France 5, le président de Debout la France a accusé le journaliste Patrick Cohen de "cirer les pompes d'Emmanuel Macron" et d'être un "serviteur du pouvoir", au cours d'un débat sur l'accord de libre-échange entre l'UE et le Canada, le CETA. Il a été prié de quitter le plateau par les journalistes de l'émission.