Nicolas Bay : "Il n'y a pas de raisons que la mobilisation des 'gilets jaunes' ne se poursuive pas"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Nicolas Bay, député RN au Parlement européen, estime sur Europe 1 que "les choix politiques d'Emmanuel Macron vont continuer à faire souffrir la France" et que "par conséquent", la mobilisation des "gilets jaunes" devrait continuer.
INTERVIEW

"Un président de la République totalement sourd à la souffrance, à la colère des Français." Voilà l'impression de Nicolas Bay après les vœux d'Emmanuel Macron, lundi. "Il y a chez Emmanuel Macron une incapacité totale à entendre ce que les Français lui disent", estime le député du Rassemblement national au Parlement européen, sur Europe 1. Selon lui, "par conséquent, cette mobilisation des 'gilets jaunes', il n'y a pas de raisons qu'elle ne se poursuive pas".

"Les Français continueront à payer toujours davantage pour avoir toujours moins." "Toute la politique qu'il mène fait souffrir les Français, ça dure depuis un an et demi", appuie l'eurodéputé, qui remet en cause "le cadre général de (la) politique" d'Emmanuel Macron : "Les Français continueront à payer toujours davantage pour avoir toujours moins et ils ont le sentiment légitime que ce sont toujours les mêmes qui paient, les classe populaires et les classes moyennes."

En face, Nicolas Bay pointe "les bénéficiaires de ce système" qui sont, selon lui, "les amis d'Emmanuel Macron, ceux qui ont une conception financière de l'économie et aussi une immigration qui vient peser lourdement sur nos comptes publics, nos comptes sociaux". "C'est devenu absolument insupportable pour nos compatriotes de voir des gens qui arrivent même illégalement sur notre territoire et qui sont souvent mieux traités que nos propres concitoyens."

Contrôle des chômeurs : le gouvernement a durci certaines sanctions plus que prévu

 

"Les choix politiques d'Emmanuel Macron vont continuer à faire souffrir la France." L'eurodéputé juge que le chef de l'État "devrait s'adresser à tous les Français" alors qu'il "est dans l'agressivité, dans la polémique". "Emmanuel Macron et son gouvernement ont semé le chaos et le désordre en insultant, en méprisant le mouvement des 'gilets jaunes'", poursuit-il. Un mouvement que le Rassemblement national "n'a pas cherché à s'accaparer ou récupérer", promet-il tout en assurant que son parti "respecte" et soutient la mobilisation.

Être plus proche des Français, c'est ce que souhaite pourtant Emmanuel Macron avec le "grand débat national" évoqué pour répondre à la crise, mais dont les contours sont encore assez flous. Malgré tout, Nicolas Bay part avec un a priori négatif sur la question : "Les Français sont libres de participer ou pas. J’ai le sentiment que beaucoup n’auront pas vraiment concrètement la possibilité de participer." "Ce que les Français attendent ce sont des actes et Emmanuel Macron répond par un grand débat qui est censé les calmer sans résoudre le fond du problème. (…) Les Français vont être tenus à l’écart de ce débat. Il ne va rien se passer, il ne va rien en résulter. Je crois qu’il n’y a rien à en attendre", juge-t-il.

"Incapable de résoudre le problème du chômage, Emmanuel Macron va s'en prendre aux chômeurs." D'après lui, "les choix politiques d'Emmanuel Macron vont continuer à faire souffrir la France." Nicolas Bay évoque notamment un décret concernant l'assurance chômage "applicable à partir de maintenant", qui prévoit de nouvelles sanctions contre les chômeurs qui manqueraient à leurs obligations : "Incapable de résoudre le problème du chômage, il va s'en prendre aux chômeurs. Il va radier à défaut d'aider et de permettre aux Français de trouver un emploi."