Nathalie Loiseau juge François-Xavier Bellamy "très très très à droite"

, modifié à
  • A
  • A
"C'est une trahison que d'aller s'aplatir devant Viktor Orban", a accusé l'ancienne ministre Nathalie Loiseau.
"C'est une trahison que d'aller s'aplatir devant Viktor Orban", a accusé l'ancienne ministre Nathalie Loiseau. © FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :
La tête de liste LREM pour les européennes Nathalie Loiseau a critiqué mardi le positionnement "très très très à droite" de son rival LR François-Xavier Bellamy.

Nathalie Loiseau, tête de liste LREM pour les européennes, a critiqué mardi le positionnement "très très très à droite" de François-Xavier Bellamy (LR) et a dénoncé la "trahison" des Républicains sur le cas Viktor Orban. "Nous avons débattu ensemble, j'ai été frappé de le voir très très très à droite sur l'ensemble de son discours", a accusé sur CNews l'ancienne ministre des Affaires européennes au lendemain de son échange avec le professeur de philosophie à l'Institut Montaigne.

"J'ai lu Marion Maréchal-Le Pen disant qu'elle serait prête à travailler avec Monsieur Bellamy, parce qu'elle se sentait en accord avec lui. Ce que j'ai entendu hier ne l'a pas contredite", a-t-elle ajouté. Nathalie Loiseau a aussi dénoncé une nouvelle fois l'attitude de la droite vis-à-vis du Premier ministre hongrois Viktor Orban, "quelqu'un qui organise un régime autoritaire qui est contraire aux valeurs auxquelles nous croyons dans l'Union européenne".

"La droite traditionnelle française, c'était pas ça"

"Les Républicains français me font honte quand ils se prosternent devant quelqu'un qui est aussi loin des valeurs de la droite traditionnelle", a insisté l'ex-protégée d'Alain Juppé, elle-même venue de la droite. "La droite traditionnelle française, c'était pas ça, c'est une trahison que d'aller s'aplatir devant Viktor Orban", a accusé l'ancienne ministre. La formation politique d'Orban, le Fidesz, siège au Parlement européen aux côtés des Républicains, au sein du Parti populaire européen (PPE).

À moins de deux semaines du scrutin du 26 mai, le ton est monté très nettement ces derniers jours entre LREM et LR qui tentent tous deux de capter l'électorat de centre-droit et séduire les seniors. Outre les passes d'armes répétées entre Nathalie Loiseau et François-Xavier Bellamy, Edouard Philippe, ex-LR, s'est fendu dimanche dans Le Figaro d'une charge contre "la droite du Trocadéro". Le Premier ministre n'habite plus "rive droite", a répliqué lundi soir le président des Républicains Laurent Wauquiez.