Mise en examen de Richard Ferrand : "Il faut respecter la présomption d'innocence", estime Sébastien Chenu

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Alors que Richard Ferrand a été mis en examen, dans la nuit de mercredi et jeudi, pour prise illégale d'intérêts, Sébastien Chenu, député et porte-parole du Rassemblement national (RN) a rappelé, au micro d'Europe 1, que Richard Ferrand était protégé par la présomption d’innocence, un principe juridique qui s'applique à tous les citoyens. 
INTERVIEW

Sébastien Chenu, député et porte-parole du Rassemblement national (RN), a réagi, jeudi, à la mise en examen du président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. Il s'est étonné que des membres de La République en marche défendent Richard Ferrand. Selon lui, des députés LREM "ont donné des leçons pendant des mois" mais "aujourd'hui ils sont tout penauds et expliquent que lorsque l'on est mis examen, c'est la présomption d'innocence qui doit valoir". 

Respecter les principes du droit

Au micro d'Europe 1, le député RN a affirmé qu'il faut prendre en compte la présomption d'innocence, principe juridique qui garantit la non-culpabilité d'une personne pendant une procédure judiciaire. "En politique, il y a des principes" qui "valent pour tout le monde y compris pour les adversaires politiques, a-t-il assuré. "Nous considérons que lorsque l'on est mis en examen, il faut respecter la présomption d'innocence qui joue. Si on ne respecte plus ces règles de droit, il n'y a plus de droit."

Sébastien Chenu a ainsi rappelé que ce principe s'applique à tous. "C'est valable pour François Fillon, pour Richard Ferrand, pour l'ensemble de la classe politique et même en dehors de la politique", a-t-il ajouté. 

Europe 1
Par Hadrien Bect, édité par T.F