Michel Barnier veut "être utile" après les Européennes

  • A
  • A
Michel Barnier s'exprime dans le "JDD", dimanche (photo d'archives).
Michel Barnier s'exprime dans le "JDD", dimanche (photo d'archives). © FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :
"Je prends ma part au débat d'idées et je veux être utile", répond le commissaire européen français au JDD, qui lui demande s'il est en campagne pour succéder à Bruxelles au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker

Michel Barnier veut "être utile" dans la prochaine mandature européenne, confie le négociateur en chef du Brexit pour l'UE dans un entretien au Journal du Dimanche, sans aller jusqu'à confirmer l'ambition qu'on lui prête de présider la Commission européenne.

"Une coalition de projets réunissant plusieurs groupes"

"Je prends ma part au débat d'idées et je veux être utile", répond le commissaire européen français au JDD, qui lui demande s'il est en campagne pour succéder à Bruxelles au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker. En France, la majorité présidentielle plaide de plus en plus ostensiblement pour une candidature de Michel Barnier à la présidence de la Commission. Et le fait que l'ancien ministre gaulliste ait affirmé qu'il voterait aux Européennes du 26 mai pour la liste LR semble n'y rien changer.

Michel Barnier milite d'ailleurs dans le JDD pour une coalition large en Europe: "Demain, pour répondre à la colère sociale et territoriale qui s'exprime, pas seulement avec les gilets jaunes en France, il faudra avoir du courage et de la force, celle d'une coalition de projets réunissant plusieurs groupes. Nous sommes dans une situation d'alerte grave. Il ne s'agira plus de s'opposer, mais d'agir".

Lancer un "New Green Deal" européen

Michel Barnier, invoquant l'urgence de protéger l'Europe face aux "autres grandes puissances qui ne nous attendent pas", livre un quasi-programme de mandature et place en tête de ses priorités le changement climatique.

Il faut selon lui "lancer un 'New Green Deal' européen. Par ailleurs, maîtriser les migrations, construire une nouvelle économie, pour faire face à la guerre technologique. Des millions d'emplois en jeu ! Et aussi faire plus pour la défense européenne". "Beaucoup de ces chantiers", explique Michel Barnier, "rejoignent le projet européen d'Emmanuel Macron. Il faudra y travailler ensemble."