Les ministres en vacances, mais pas tant que ça...

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Pendant les vacances, certains membres de l'exécutif en profitent pour multiplier les apparitions, souvent à proximité de leur lieu de villégiature. Une manière pour eux d'occuper une scène médiatique laissée vide par les poids lourds du gouvernement. 

On pourrait appeler ça les devoirs de vacances ou les cartes postales de l'exécutif. Alors qu’Emmanuel Macron profite du fort de Brégançon, les ministres ont encore droit à une semaine de vacances. Des congés loin de Paris pour la plupart, mais que certains mettent néanmoins à profit pour continuer à occuper le terrain.

Le teint hâlé certes, ils n'ont pas manqué de se montrer, malgré la trêve estivale, souvent à quelques encablures de leur lieu de vacances, joignant ainsi l'utile à l'agréable. Comme Élisabeth Borne, chargée de l’Écologie, apparue en gilet de sauvetage orange sur un bateau des sauveteurs en mer de Corse, à la fin de semaine dernière.

Au même moment, Gabriel Attal, le secrétaire d’État à la jeunesse, en vacances en Bretagne, rendait visite à des saisonniers du Finistère. À l’autre bout de la France, le ministre des relations avec le Parlement, Marc Fesneau, s'est lui rendu dans un commissariat isérois quand sa collègue au handicap, Sophie Cluzel, visitait un centre de vacances près d’Annecy.

Ces apparitions estivales devraient encore se poursuivre lundi : Marc Fesneau est attendu en Dordogne et Roxana Maracineanu, la ministre des Sports, à Lacanau.

Profiter d'un espace médiatique laissé vacant

Ces déplacements marquent une volonté de montrer un gouvernement en alerte malgré la torpeur estivale, et puis "ça nous permet de rencontrer les gens tranquillement, sans grand barnum", confie un ministre. Il s'agit aussi de profiter du creux de l’été pour être présent médiatiquement, notamment pour ceux qui ne sont pas les plus connus.

Une exception tout de même : Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, est resté sur le pont jusqu’à ces tous derniers jours. Entre l'affaire Steve Maia Caniço et les incendies dans le sud, il semblait difficile pour le locataire de la place Beauvau de s'absenter. Son entourage confie toutefois qu'il "va essayer" de souffler quelques jours avant la rentrée.

Europe 1
Par Hadrien Bect, édité par Romain David